Publicité

Menaces d’attentats par les ENT : Nicole Belloubet suspend les messageries dans toutes les écoles

La ministre de l’Éducation nationale dit prendre une décision préventive après de nombreux piratages des plateformes numériques d’établissements scolaires.

ÉDUCATION - C’est une décision provisoire en attendant une meilleure sécurisation. Nicole Belloubet, ministre de l’Éducation nationale, a annoncé jeudi 28 mars qu’elle suspend « à titre préventif toutes les messageries des espaces numériques dans nos établissements scolaires ».

Face aux menaces d’attentats au lycée, la sécurisation des ENT pose désormais question

Cette annonce fait suite aux multiples piratages des ENT survenus depuis plusieurs jours utilisés pour proférer des menaces (y compris d’attentats), certaines conduisant à l’évacuation d’établissements scolaires. La ministre a fait savoir sur X qu’elle préparait, pour y faire face, « un véritable bouclier numérique ».

Sur RTL, la ministre a précisé que cette suspension durera « sans doute » jusqu’aux vacances de printemps qui débutent -pour la zone C- samedi 6 avril. Pendant cette suspension, les comptes des élèves, des parents et des enseignants seront réinitialisés, a-t-elle précisé. « Le contenu des messages est gravissime. On ne peut pas laisser proliférer ce type de menaces », a ajouté Nicole Belloubet.

« Les personnes qui émettent de tels messages seront poursuivies et seront sanctionnées », a encore dit la ministre. « La justice est sévère sur les fausses alertes à la bombe et sur ce type de messages malveillants ».

Plus de 300 menaces dans 20 académies

Elle s’exprimait à l’issue d’une réunion convoquée au ministère de l’Éducation nationale avec des élus de collectivités territoriales et des éditeurs de logiciels scolaires. Il s’agissait de « dresser un état des lieux des actes de cyber-malveillance intervenus ces derniers jours, de rappeler les bonnes pratiques à adopter en prévention et en riposte, mais aussi de définir une feuille de route partagée visant, à court et moyen termes, à mieux sécuriser les espaces numériques de travail et les logiciels de vie scolaire ».

Un décompte communiqué dans la journée par ses services à l’AFP faisait état de 323 menaces, dans 44 départements et 20 académies depuis le milieu de semaine dernière. Le matin même, un adolescent de 17 ans a été arrêté dans les Hauts-de-Seine dans le cadre de l’enquête sur ces piratages.

Un mineur de 17 ans a été interpellé et placé en garde à vue jeudi à Malakoff dans les Hauts-de-Seine dans l’enquête sur les piratages des plateformes numériques d’établissements scolaires (ENT), a-t-on appris de source proche du dossier et auprès du parquet de Paris.

À voir également sur Le HuffPost :

Face aux cyberattaques, le gouvernement ouvre le dispositif « SensCyber » au grand public

Gabriel Attal, Nicole Belloubet : pourquoi ce double langage au ministère de l’Éducation nationale ?