Publicité

Comment la photo retouchée de Kate Middleton jette le doute sur une autre image avec la reine Elizabeth

Le désastre de communication de la photo retouchée de Kate et ses enfants, publiée le jour de la fête des mères, continue d'avoir des répercussions. Le cliché, dépublié par les principales agences de presse pour des questions d'éthique, a eu pour effet d'instiller le doute dans l'esprit du public, qui passe aujourd'hui au crible toutes les images diffusées par Kensington.

A la lumière des récentes excuses de Kate Middleton, qui a reconnu avoir retouché la photo diffusée par Kensington pour la fête des mères, les internautes ont étudié un ancien cliché de la reine Elizabeth II à la loupe et y ont également trouvé des traces de retouches.

Cette photo de la reine Elizabeth II entourée de dix de ses arrière-petits-enfants et petits-enfants, prise par Kate, avait été publiée par le prince de Galles le 21 avril 2023, à l'occasion du 97e anniversaire de la souveraine, disparue 6 mois plus tôt.

"Autrefois un gage d'authenticité"

L'arrière-plan derrière le petit Louis, en haut à droite de l'image, laisse penser que l'enfant a été placé là a posteriori, des boucles de cheveux de Mia Tindall, à gauche, semblent également copiées-collées, et un câble courant sur le tapis au sol s'arrête de manière assez abrupte. "La reine était-elle même simplement dans la pièce", s'interroge sur X une internaute suspicieuse.

"Les photos de la famille royale distribuées directement à la presse étaient autrefois un gage d'authenticité", souligne le Guardian.

Ce n'est aujourd'hui plus le cas. "Les gens vont désormais se demander s'ils sont dignes de confiance la prochaine fois qu'ils publieront des informations sur l'état de santé" des Windsor, estimait auprès de l'AFP le 11 mars dernier Peter Hunt, ancien correspondant royal de la BBC.

Le procédé n'est pourtant pas nouveau, selon le biographe Hugo Vickers, historien de la famille royale, qui assure que Cecil Beaton, photographe attitré de la famille, retouchait déjà les clichés pour rendre ses sujets tout à fait parfaits.

Mais les enjeux n'étaient alors pas les mêmes, et les technologies non plus. Comme le relève le Guardian, le public est par ailleurs plus au fait aujourd'hui des dangers que représentent les deep fakes et les images retouchées. Il est aussi plus prompt à développer des théories du complot.

Le cas de la photo de Kate l'a d'ailleurs bien montré. Quelques heures seulement après sa diffusion, les premiers messages apparaissaient sur les réseaux sociaux, pointant les incohérences du cliché, cherchant à identifier les arbres à l'arrière-plan, pour savoir si l'épanouissement de leurs feuilles collait avec la saison.

Article original publié sur BFMTV.com