En Pennsylvanie, Obama, Trump et Biden jettent leurs dernières forces dans la bataille

TOM BRENNER / NYT

Joe Biden, Barack Obama et Donald Trump se sont rendus en Pennsylvanie samedi 5 novembre pour tenter de faire basculer cet État clé où pourrait se décider qui, des démocrates ou des républicains, gagnera les élections de mi-mandat mardi.

Barack Obama a ouvert le bal, en rejoignant dans la matinée le candidat au Sénat John Fetterman, pour un meeting à Pittsburgh devant quelque 7 500 partisans. L’ancien président, “vêtu d’une chemise boutonnée bleue, a pris la parole après Fetterman, qui était monté sur scène avec son sweat à capuche noir”, raconte Politico. “Vous avez le choix entre des politiciens qui sont prêts à dire n’importe quoi et à faire n’importe quoi pour obtenir le pouvoir, et des gens qui vous voient, qui se soucient de vous et qui partagent vos valeurs”, a déclaré le toujours populaire Obama, qui a abordé de nombreux sujets, comme l’avortement ou les armes à feu.

John Fetterman, qui jouissait jadis d’une avance importante dans les sondages, est désormais au coude-à-coude avec Mehmet Oz, dit Dr Oz, une ancienne célébrité de la télé adoubée par Donald Trump. L’avantage du démocrate s’est “rétréci à la suite d’un déluge d’attaques républicaines sur la question de la criminalité et d’un débat raté”, à cause d’un accident vasculaire cérébral subi au printemps dont il peine à se remettre, rappelle le site d’information politique.

“La démocratie sur le bulletin de vote”

Un incident, que n’a pas manqué de relever Fox News, a émaillé le discours du candidat au sweat-shirt : “alors que Fetterman […] exprimait sa fierté de se rallier à un président 100 % non séditieux […], une forte rafale de vent a soufflé et renversé toute une rangée de drapeaux américains.” Tout un symbole pour la chaîne conservatrice qui répète à l’envi que les démocrates ne sont pas assez patriotes.

Dans l’après-midi, Obama et Fetterman ont ensuite rejoint Joe Biden et Josh Shapiro, le candidat démocrate au poste de gouverneur, à Philadelphie. En ouvrant le meeting, l’actuel occupant de la Maison-Blanche “a mis en garde contre la montée de la violence politique et le déni républicain concernant les résultats des élections de 2020”, relate le Philadelphia Inquirer. “La démocratie est littéralement sur le bulletin de vote, et c’est un moment déterminant pour la nation”, a-t-il déclaré devant une foule compacte.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :