Paul Koulak, le compositeur du générique de « Fort Boyard », est mort

·1 min de lecture
Le compositeur du générique de Fort Boyard est mort.

Paul Koulak est décédé à l’âge de 78 ans, rapporte « Le Progrès ». Il a composé plus de 200 génériques d’émissions et de dessins animés,

S'il peut paraître réducteur de se souvenir d'un compositeur pour une seule ?uvre, on nous le pardonnera pour Paul Koulak. Car ses tambours de guerre, le chant de ses trompettes et l'accompagnement frénétique de ses cordes ont bercé et enthousiasmé les téléspectateurs depuis plus de trente ans. Lundi 28 juin, le musicien et compositeur, notamment, du thème de l'émission Fort Boyard, est mort à l'âge de 78 ans. Selon les informations du Progrès, l'homme, originaire de Saint-Chamond, dans la Loire, a succombé à une longue maladie.

En 1990, au lancement de Fort Boyard, Paul Koulak compose un thème et un habillage aux sonorités qui n'ont jamais changé depuis. Plusieurs fois réarrangé ou retravaillé, le générique devenu culte a fait, en plus de 30 ans d'existence, le tour du monde. Plus de soixante-dix pays ont adapté l'émission tournée sur le fort au large de La Rochelle, et l'écrasante majorité a conservé l'identité sonore créée par Paul Koulak. Seuls l'Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis ont apporté des modifications.

À LIRE AUSSI Banijay-Mediawan : comment la France est devenue un géant de la production audiovisuelle

200 génériques de télévision

Quelques mois avant la création de l'émission, Paul Koulak s'était lui-même rendu en Charente-Maritime pour trouver l'inspiration. Interrogé il y a quelques années dans un reportage pour France 2, il racontait : « Cette espèce de solitude, de décor, dans la mer? unique. On n'a jamais vu un décor comme ça à la tél [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles