Publicité

Au passé identitaire, le député RN Grégoire de Fournas ajoute un passif judiciaire

Dans une enquête, Mediapart évoque la condamnation, en 2012, du groupuscule d'extrême droite dont il faisait partie.

Gregoire de Fournas, député RN, à l'Assemblée Nationale en février 2023 (Ludovic MARIN / AFP).
Gregoire de Fournas, député RN, à l'Assemblée Nationale en février 2023 (Ludovic MARIN / AFP).

Il y a près de deux mois, le député RN Grégoire de Fournas était épinglé par le média La Horde pour son passé trouble au sein de Bloc Identitaire, un mouvement raciste et islamophobe. Ce 18 décembre, c'est au tour de Mediapart de faire des révélations sur l'élu qui avait marqué les esprits en 2022 en criant "Qu’il retourne en Afrique !" en pleine Assemblée nationale.

Une amende de 200 euros pour la dégradation d'une fresque

Grégoire de Fournas a ainsi déjà été condamné en 2012 pour une action de son groupuscule d’extrême droite, révèle Mediapart. "Selon le jugement du tribunal judiciaire de Pau (...) que nous nous sommes procuré, Grégoire de Fournas a été reconnu coupable des faits qui lui étaient reprochés". Le média se dit "en mesure de confirmer que l’actuel député RN a bien été condamné par la justice à une amende de 200 euros".

Les faits en question ? Ils remontent à l'année 2010, alors que lui et d'autres militants du Bloc identitaire vandalisaient le "Mur des Expulsés", une fresque rendant hommage à des familles demandeuses d'asile expulsées, à Billère (Pyrénées-Atlantique). Le maire socialiste de Billère, Jean-Yves Lalanne, avait déposé plainte, dénonçant une provocation de la part des "nostalgiques des dictatures fascistes et du régime de Vichy".

De nombreuses relations entre membres du RN et Bloc identitaire

Depuis plusieurs mois, des cadres du RN tentent de prendre leurs distances avec l’extrême droite radicale ; Grégoire de Fournas représente "un non-sujet" pour Jordan Bardella, l’actuel président du RN. Mediapart rappelle pourtant les connexions multiples entre plusieurs membres de Bloc identitaire et des cadres du RN.

Après l'éclat de sa phrase à l'Assemblée nationale, en 2022, le grand public découvrait également "ce nouveau parlementaire littéralement obsédé par les migrant·es, comme en témoignaient ses publications sur X ou Facebook".

En octobre 2023, de nombreux éléments accablants soulignés par La Horde révélaient déjà la participation de l'élu lepéniste à des manifestations anti-immigration. Parmi celles-ci, Grégoire de Fournas invitait par exemple des sans-abri musulmans et juifs pratiquant à venir savourer une "soupe au cochon". Contacté, le parlementaire n’a pas répondu à Mediapart.

VIDÉO - De gauche à droite, l'indignation de la classe politique après l'incident raciste à l'Assemblée nationale