Pas de preuve de l'usage d'armes chimiques à Mossoul, selon l'ambassadeur d'Irak à l'Onu

Une rue de Mossoul. L'ambassadeur d'Irak à l'Onu a déclaré vendredi qu'il n'existait "pas de preuves" de l'emploi d'armes chimiques par les combattants de l'Etat islamique à Mossoul. /Photo prise le 10 mars 2017/REUTERS/Zohra Bensemra

NATIONS UNIES (Reuters) - L'ambassadeur d'Irak à l'Onu a déclaré vendredi qu'il n'existait "pas de preuves" de l'emploi d'armes chimiques par les combattants de l'Etat islamique à Mossoul où les djihadistes sont acculés dans la partie ouest de la ville.

Mohammed Ali Alhakim a dit s'être entretenu avec des responsables irakiens vendredi et qu'il "n'y avait réellement aucune preuve que Daech avait utilisé des armes chimiques".

Les Nations unies avaient annoncé samedi que douze personnes, y compris des femmes et des enfants, avaient été soignées pour une possible exposition à des agents chimiques à Mossoul depuis le mois de mars.

(Michelle Nichols; Pierre Sérisier pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages