Publicité

Paris 2024: le programme des Jeux olympiques légèrement modifié pour Léon Marchand

Ce qui paraissait être une mission impossible l'est peut-être un peu moins aujourd'hui pour Léon Marchand. Face à l'inédite polyvalence du nageur français, la fédération internationale de natation a accepté de modifier légèrement la programmation aux Jeux olympiques, validé par le comité d'organisation de Paris 2024 comme révélé par Le Monde et confirmé par RMC Sport.

Le Toulousain, quintuple champion du monde, était confronté à des problèmes de riches pour composer son programme à Paris cet été. Il pourrait avec cette modification enchaîner le 200m brasse et le 200m papillon.

Léon Marchand rentrera dans la compétition dès le dimanche 28 juillet, lors du deuxième jour des épreuves de natation, avec sa pièce maîtresse du 400m quatre nages dont il est double tenant du titre et recordman du monde. Son autre course fétiche, le 200m quatre nages, est programmée plus tard dans la semaine avec les séries et demi-finales le jeudi 1er aout et la finale le lendemain.

C'est le milieu de semaine qui posait problème au Toulousain. Les séries et demi-finales du 200m papillon et 200m brasse sont programmés le mardi 30 aout, mais avec un écart suffisant pour enchaîner les deux. En revanche, les finales le lendemain de ces deux épreuves s'enchaînaient initialement avec à peine 15 minutes entre les deux. Un timing qui faisait dire à Bob Bowman que le défi ne serait pas possible à relever. Il y aura finalement une heure d'écart entre les deux courses.

"Permettre aux meilleurs nageurs de nager les meilleures courses"

"La demande avait déjà été formulée pour les Mondiaux de Budapest en 2022, explique le directeur technique national Julien Issoulié. On voulait savoir s'il était possible de modifier un peu le programme car il y avait des chances que Léon nage ces deux épreuves." Léon Marchand avait dû à l'époque renoncer au 200m brasse et avait décroché une médaille d'argent sur le 200m papillon. Avant de décrocher le titre l'été suivant à Fukuoka, où il avait une nouvelle fois dû renoncer au 200m brasse, dont il détenait pourtant la meilleure performance mondiale de l'année.

Une demande qui a donc été renouvelée pour les Jeux de Paris par la fédération française et Bob Bowman, l'entraîneur américain de Léon Marchand, qui a mis tout son poids pour arriver à cette petite modification. "Ce n'est pas une histoire de pression, assure Issoulié. C'est vraiment pour permettre aux meilleurs nageurs de nager les meilleures courses, que ce ne soit pas un truc perturbant pour les nageurs. La fédération internationale n'avait jamais eu ce problème là parce que personne ne nageait ces deux épreuves à très haut niveau. C'est une discussion démarrée il y a longtemps et qui se concrétise. La fédération internationale (World Aquatics) a travaillé avec Paris 2024 et le comité technique et nous a proposé de les écarter un peu dans la session."

Une modification qui ne change donc absolument rien pour les spectateurs qui ont pris des billets pour ce mercredi 31 juillet. Mais qui ne les assure pas non plus de voir le phénomène français sur ces deux épreuves. "On n'en sait rien, on verra lors des qualifications (16 au 21 juin à Chartres), reprend Julien Issoulié. Mais à minima, on sait qu'il peut le faire, que les deux épreuves sont bien écartées dans la session. C'est ça qui est important. Après il n'y a pas de pression, s'il veut en faire qu'une des deux, il n'en fera qu'une... Mais s'il veut faire les deux, il a l'opportunité de le faire et c'est l'essentiel."

Article original publié sur RMC Sport