Publicité

Un pari réussi? Une étude montre que la dédiabolisation du RN est liée au vote "massif" pour Marine Le Pen

La "diabolisation" de Marine Le Pen était "un frein immense" pour ses électeurs potentiels, mais "l'amélioration de son image" coïncide "de manière tout à fait spectaculaire à un vote massif pour elle", met en évidence une étude parue ce jeudi 8 février.

Dans cette note de la Fondation Jean-Jaurès - un centre de réflexion classé au centre gauche - basée sur les données récoltées par l'institut Ipsos, le chercheur Antoine Bristielle s'est focalisé sur la part de Français qui ont changé d'avis au cours de la campagne présidentielle.

Les personnes interrogées estimant que Marine Le Pen avait "l'étoffe d'une présidente" étaient passées de 30 à 39% entre octobre 2021 et mars 2022.

"Capacité de Marine Le Pen à dépasser son socle électoral"

Chez ces 9% de sondés dont l'opinion sur l'image de la leader d'extrême droite a basculé en cinq mois, appelés "switchers" dans l'étude, "12% (d'entre eux) se disent proches de Renaissance, 17% de Reconquête et 22% des Républicains", relève l'étude, notant "la capacité de Marine Le Pen à dépasser son socle électoral et à rassurer, notamment dans le reste de la droite et du centre droit".

Or, selon l'auteur, cette "dédiabolisation" s'est traduite dans les urnes: "chez les 'switchers', c'est-à-dire ceux qui avaient une mauvaise vision d'elle au début de la campagne mais une bonne à la fin, 31% se sont reportés" sur la candidature de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle de 2022, "un chiffre 8 points plus élevés que sa moyenne nationale".

Au second tour, ils ont voté pour elle à 65%, 24 points de plus que le score obtenu au niveau national.

Un "aspect stratégique"

"De manière plus spectaculaire encore, ces 'switchers' n'avaient voté pour Marine Le Pen qu'à 37% au second tour de la présidentielle de 2017, quand ils la diabolisaient encore: l'amélioration des traits d'image de Marine Le Pen se corrèle donc bien à une augmentation du vote en sa faveur, et surtout dans une perspective de second tour", constate le chercheur.

Antoine Bristielle identifie par ailleurs trois principaux facteurs qui ont déterminé le vote de ces 'switchers'.

Si aucune variable sociologique n'a d'influence, "le fait de trouver qu'il y a trop d'immigrés en France augmente de 30% la probabilité de voter pour Marine Le Pen" et "le fait d'avoir une bonne opinion de l'Union européenne augmente de 22% la probabilité de voter Emmanuel Macron".

"Enfin, il ne faut pas négliger l'aspect stratégique dans le vote: chez ces Français ayant dédiabolisé Marine Le Pen, le fait de croire qu'elle allait remporter l'élection augmente de 180% la probabilité de voter pour elle", conclut le chercheur.

Article original publié sur BFMTV.com