Pakistan : une octogénaire décède après avoir été opérée par un faux médecin

·2 min de lecture
Drame dans un hôpital pakistanais (REUTERS/Mohsin Raza)

Quelques jours après avoir subi une intervention chirurgicale réalisée par un ancien gardien de sécurité se faisant passer pour un médecin, une femme de 80 ans est décédée à Lahore, dans l'Est du Pakistan.

Son exercice illégal de la médecine a coûté la vie à une vieille dame. Un drame révoltant s'est noué, ces derniers jours, dans la ville de Lahore (Pakistan), qui a conduit au décès d'une femme de 80 ans et à l'arrestation du faux médecin qui l'avait opérée.

L'opération qui était censée la soigner a aggravé son état

Reprenant des informations de l'AFP, Ouest France rapporte qu'il y a environ deux semaines, Shameema Begum, une dame âgée de 80 ans souffrant du dos, a accepté d'être opérée à l'hôpital Mayo de Lahore par un homme du nom de Muhammad Waheed Butt, qui avait proposé ce service à sa famille en se présentant comme un chirurgien.

Alors que les proches de l'octogénaire avaient saisi l'opportunité et réglé une facture couvrant l'opération, ainsi que "deux visites consécutives à domicile pour des pansements", Shameema Begum a été victime de complications dans les jours suivants l'intervention. Elle a donc été ramenée à l'hôpital Mayo, où elle est finalement décédée ce dimanche.

Le faux chirurgien n'en était pas à son coup d'essai

Entre-temps, la famille de Shameema a découvert que Muhammad Waheed Butt avait menti sur sa profession de chirurgien et qu'il était en fait un ancien agent de sécurité de l'hôpital. "Il a été inculpé et se trouve aux mains de la police, a annoncé Ali Safdar, porte-parole de la police locale, cité par Ouest France. Muhammad Waheed Butt s’est fait passer pour un médecin et a effectué des visites à domicile auprès d’autres malades par le passé."

Selon les informations de l'AFP, le faux médecin avait par ailleurs été licencié "il y a deux ans pour avoir tenté d’extorquer de l’argent à des malades". Alors que l'hôpital Mayo décline toute responsabilité dans cette nouvelle et tragique affaire, une autopsie va être réalisée sur le corps de la défunte pour tenter d'établir le lien exact entre le décès et l'opération subie deux semaines plus tôt.

Ce contenu peut également vous intéresser :