Publicité

Pâques: un week-end sous surveillance pour les églises et les temples, face à la menace terroriste

Une fin de semaine sous surveillance. En ce week-end de fête de Pâques chez les chrétiens, la sécurité des églises catholiques et des temples protestants est renforcée pour l'ensemble des offices religieux prévus jusqu'au dimanche 31 mars, à la demande du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Églises et temples placés sous sécurité

Des policiers patrouillent ce vendredi, journée de Vendredi saint, devant une église de Versailles, dans les Yvelines, à l'approche du week-end de Pâques.

"On baigne dans cet environnement depuis pas mal d'années, mais chaque année la Semaine Sainte (du 24 au 30 mars cette année NDLR) est bien sécurisée", confie une fidèle au micro de BFMTV.

"Plus il y aura de sécurité, mieux ce sera", salue une autre.

Jeudi, une procession religieuse s'est déroulée dans le cadre des fêtes de Pâques, dans les rues de Versailles. Elle s'est faite sous escorte policière.

Un "niveau très élevé de la menace terroriste"

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a appelé les préfets à une "vigilance extrême", dans un télégramme transmis jeudi, auquel BFMTV a pu avoir accès.

Le locataire de la place Beauvau met en garde face au "niveau très élevé de la menace terroriste" et à "la persistance des tensions au plan international en particulier dans le cadre du conflit israélo-palestinien" et de "l'attentat du 22 mars à Moscou".

Le ministre a demandé dans ce cadre aux préfets de "mobiliser les forces de l'ordre" pour "dispenser des conseils de vigilance et de sécurité" aux autorités religieuses locales, comme il le fait de façon habituelle pour les différentes fêtes religieuses.

Gérald Darmanin ordonne expressément, dans une mention manuscrite, l'instruction d'organiser une "présence physique" des forces de l'ordre, "systématiquement", devant "toutes" les églises et temples, en particulier pendant les offices de ce vendredi et de ce week-end. Le ministre a doublé cette instruction d'un SMS aux préfets.

La France au seuil "urgence attentat"

Le niveau de vigilance du plan Vigipirate a été rehaussé en France dimanche 24 mars au niveau le plus haut, "urgence attentat", après l'attentat survenu à Moscou, revendiqué par le groupe État islamique, deux jours plus tôt.

"Les lieux de culte, puisque ce sont des lieux de rassemblement, sont des cibles prioritaires (pour les terroristes)", souligne auprès de BFMTV notre consultant Jérôme Poirot, ancien adjoint à la coordination nationale du renseignement, qui rappelle qu'ils "ont déjà été frappés ces dernières années à plusieurs reprises", notamment lorsqu'un prêtre a été tué à Saint-Étienne du Rouvray en Seine-Maritime en 2016.

Le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé lundi que deux projets d'attentats ont été déjoués sur le sol français depuis le début de l'année et 45 en tout depuis 2017.

Article original publié sur BFMTV.com