Publicité

Olivia Ruiz révèle avoir subi une soumission chimique "il y a moins de 10 ans" par un collaborateur

"Ça commence à bouger." Interviewée par La Tribune à l'occasion de la sortie ce vendredi 1er mars de son dernier album, la chanteuse Olivia Ruiz a dénoncé un "machisme ambulant" dans le milieu de la musique, alors qu'une nouvelle vague du mouvement MeToo secoue le cinéma français.

"C’est déjà là, ça commence à bouger. Je ne sais pas si l’omerta est plus grande dans le milieu de la musique, si c’est juste une question de temps ou si ce fléau y est moins présent", a-t-elle commenté auprès de nos confrères.

"Un homme atroce"

La quadragénaire révélée par l'émission Star Academy et popularisée par son hit La femme chocolat au début des années 2000 évoque dans son album La réplique les différents "combats" menés par les femmes, notamment la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Elle en a profité pour évoquer plusieurs traumatismes.

"J’ai subi une soumission chimique de la part d’un collaborateur. C’était il y a moins de dix ans", a-t-elle confié. "Les choses sont encore assez floues, mais je sais qu’il n’y a pas eu agression sexuelle. Je dormais, je me suis réveillée et je l’ai dégagé direct. J’ai eu la chance de ne pas être suffisamment assommée et de pouvoir me défendre."

Puis, Olivia Ruiz a confié avoir subi deux tentatives d'agressions sexuelles. L'une d'elles s'est déroulée alors qu'elle était encore mineure. "Quand j’avais 17 ans, un chef d’orchestre, un homme atroce qui avait pour habitude d’embaucher de jeunes chanteuses, avait tenté de m’agresser sexuellement", s'est-elle rappelée.

Et de poursuivre: "Heureusement, un homme courageux, un technicien, l’avait collé au mur."

Article original publié sur BFMTV.com