Plus de nucléaire, moins d'éoliennes: Xavier Bertrand décrit le président écolo qu'il veut être

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Xavier Bertrand invité de
Xavier Bertrand invité de

"Serez-vous un président écolo?" "Oui", répond Xavier Bertrand, invité de BFM Politique ce dimanche. Mais pour celui qui brigue l'investiture au congrès des Républicains pour porter les couleurs de la droite lors de la prochaine présidentielle, hors de question de faire "payer la transition écologique ni aux classes moyennes, ni aux catégories populaires, ni à l'emploi".

"En allant jusqu'au bout de ce qui est efficace", le candidat assure pouvoir répondre à la question environnementale.

876450610001_6279635421001

Pour ce faire, le président de la région Hauts-de-France mise sur le nucléaire. "Si je suis élu, je reviendrai sur l'objectif de réduction de la part du nucléaire à 50%, je développerai même la filière", affirme-t-il sur notre plateau. Il se dit également en faveur du développement des SMR (Small modular reactors), des mini réacteurs mis en avant dans le plan France 2030 présenté par Emmanuel Macron mi-octobre, et aussi des EPR.

Eoliennes: "On est en train de défigurer notre pays"

Pas question, en revanche, de développer davantage l'utilisation des éoliennes. "Stop!", tonne l'ancien ministre sous Nicolas Sarkozy. "Ces satanées éoliennes vont remplacer le nucléaire? Certainement pas. On est en train de défigurer notre pays", fustige notre invité.

Xavier Bertrand compte par ailleurs, s'il est élu, développer l'isolation des bâtiments, l'hydrogène vert et une taxe carbone aux frontières de l'Europe. "La France c'est moins de 1% des émissions de gaz à effet de serre", justifie l'élu des Hauts-de-France.

"Je réagis aussi en tant que père" affirme celui qui a quatre enfants, dont le cadet est âgé de trois ans et demi. "Quand il aura mon âge, je n'ai pas envie qu'il vive dans une planète avec 3 à 4 degrés de plus, parce que je vois bien ce que ça représente de tragique", explique-t-il. Avant d'ajouter: "Nous n'avons pas le choix mais nous pouvons concilier économie et écologie."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles