La nomination de José Gonzalez à la vice-présidence du groupe France Algérie passe mal

En juin, il n’était « pas là pour juger si l’OAS a commis des crimes ». En décembre, il est nommé vice-président du groupe d’amitié France-Algérie.

POLITIQUE - En période de fêtes, l’heure est habituellement à la trêve des confiseurs. Une période de relative quiétude durant laquelle certaines actualités peuvent passer inaperçues. Mais pas la nomination du député RN José Gonzalez à la vice-présidence du groupe d’amitié France-Algérie de l’Assemblée nationale.

Ce vendredi 30 décembre en début de soirée, le doyen d’âge du Palais Bourbon a exprimé sur Twitter son « immense plaisir » après cette nomination validée par le bureau de l’Assemblée. « Le symbole de mon intérêt particulier pour les relations Franco-algériennes », s’est-il félicité.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Intérêt particulier, c’est le cas de le dire, puisque le député des Bouches-du-Rhône, né à Oran et arrivé à Marseille en 1962, lie son parcours politique à son identité pied-noir. Un particularisme qu’il avait mentionné lors de son discours inaugurant la 16e législature, durant lequel il avait exprimé sa nostalgie de l’Algérie Française.

« Pas là pour juger si l’OAS a commis des crimes »

« J’ai laissé là-bas une partie de ma France. Je suis un homme qui a vu son âme à jamais meurtrie par le sentiment d’abandon », avait déclaré l’élu de 79 ans, disant avoir été « arraché à sa terre natale par le vent de l’histoire ».

Interrogé par la presse à la suite de son discours, José Gonzalez avait minimisé les crimes commis par des Français sur le sol algérien. « Je ne pense pas » qu’il y ait eu « des crimes en Algérie dans l’armée française », avait-il déclaré, en dépit du travail des historiens sur le sujet.

« Peut-être que maintenant il faudra revoir l’histoire, mais je ne pense pas. Franchement, je ne suis pas là pour juger si l’OAS a commis des crimes. Je ne sais même pas ce qu’était l’OAS, ou presque pas », avait-il ajouté.

Une vision des choses qui donne à sa nomination au groupe d’amitié France Algérie une dimension polémique, qui n’a pas manqué de susciter des réactions indignées, surtout à gauche.

« Un nostalgique de l’Algérie française et un défenseur de l’OAS. Cette nomination est une honte et une insulte », a tweeté la présidente du groupe insoumis à l’Assemblée nationale, Mathilde Panot. Une analyse partagée par son collègue de la NUPES, Benjamin Lucas.

« Le député RN qui avait fait un discours en l’honneur de l’Algérie Française vient d’être nommé vice-président du groupe d’amitié France Algérie. À Perpignan Louis Alliot baptise une place du nom d’un des fondateurs de l’OAS. Les années passent, leurs idées de haine demeurent », a renchéri le député de la Seine-Saint-Denis Thomas Portes.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

À noter que, contrairement à ce que le titre de vice-président pourrait laisser penser, José Gonzalez n’est pas le seul à occuper cette fonction. Ce groupe d’amitié présidé par la députée Renaissance de Côte d’Or Fadila Khattabi ne compte pas moins de neuf vice-présidents, parmi lesquels on retrouve notamment le député socialiste de l’Essonne Jérôme Guedj.

Au total, trois élus RN siègent dans ce groupe : José Gonzalez (en qualité de vice-président), le député des Alpes-Maritimes Bryan Masson et sa collègue du Doubs Géraldine Grangier.

VIDÉO - À Alger, Emmanuel Macron prône la réconciliation des mémoires

Lire aussi

undefined

Le passage de Jean Rottner dans le privé suscite une vague de critiques

undefinedundefined

Qui sont les révélations politiques de l’année 2022 ?

undefined