Publicité

Neymar se retrouve aux prud’hommes pour travail dissimulé d’une employée de maison

Pendant près de deux ans, le footballeur brésilien, alors domicilié en banlieue parisienne, à Bougival, aurait eu recours au service d’une employée de maison dans la plus pure illégalité.

S’il vit désormais loin de la France, Neymar va devoir revenir rapidement pour faire face à la justice française.
Mike Ehrmann / Getty Images S’il vit désormais loin de la France, Neymar va devoir revenir rapidement pour faire face à la justice française.

JUSTICE - Neymar va faire son retour en France, mais pas pour une histoire de ballon rond. Si l’international brésilien de 31 ans a quitté le Paris Saint-Germain et la Ligue 1 durant l’été pour le championnat et le soleil d’Arabie saoudite, Le Parisien révèle qu’il devra revenir dans l’Hexagone… pour faire face à la justice.

L’information, dévoilée ce mercredi 15 novembre par le quotidien et confirmée par RMC Sport, indique que Neymar a été assigné aux prud’hommes de Saint-Germain-en-Laye par une ancienne employée de la luxueuse maison qu’il occupait pendant six ans à Bougival, dans les Yvelines près de Paris.

« Chassée » à quelques jours d’accoucher

Cette femme, une Brésilienne de 35 ans qui était en France sans papier, accuse l’ex-footballeur du PSG de l’avoir employée de manière illégale entre janvier 2021 et octobre 2022. Parmi les faits reprochés à Neymar, Le Parisien évoque notamment du « travail dissimulé », des « cadences infernales », une « non-rémunération d’heures supplémentaires » et « l’absence de congés payés et de suivi médical ».

Le cabinet d’avocat en charge de la défense de cette femme a précisé les griefs à RMC Sport. Il demande que « justice soit faite pour cette mère de famille en situation de précarité extrême », recrutée à l’origine pour compléter le personnel de maison de Neymar à l’occasion d’une soirée d’anniversaire du footballeur en 2019. Le cabinet précise réclamer que la plaignante « reçoive simplement ce qu’elle aurait dû toucher si elle avait été employée normalement ».

L’ex-employée de maison aurait en outre été contrainte de travailler jusqu’à quinze jours avant d’accoucher. « Nous déplorons qu’une telle personnalité ait pu faire preuve d’autant d’inhumanité, allant jusqu’à chasser notre cliente de chez lui à quelques jours d’accoucher de façon prématurée, alors qu’elle se plaignait de douleurs », dénoncent les avocats de la trentenaire au Parisien. À son retour, la maman de quatre enfants n’avait pas retrouvé son poste en raison du mutisme du joueur de football brésilien et de son entourage.

Un courrier resté sans réponse

Malgré ce silence, la plaignante avait quand même tenté de régler le problème à l’amiable. Après avoir été accompagnée par des associations et ses avocats dans ses démarches, elle avait finalement envoyé un courrier recommandé à Neymar en juin dernier. Mais une fois de plus, elle s’est retrouvée face à un mur : sa lettre est restée sans réponse alors que le joueur n’avait pas encore fait ses valises pour son nouveau club Al-Hilal.

« Nous n’avons reçu aucune information officielle à ce sujet et Neymar n’a même pas été avisé », s’est d’ailleurs défendu Day Crespo, chargée de la communication du sportif, dans les colonnes du Parisien. Une version des faits aussitôt démentie par les avocats de son ex-employée : « Nous pouvons confirmer que cette lettre a bien été signée à son domicile de Bougival. Par lui ou par quelqu’un de son équipe. »

Désormais saisie de l’affaire, la juridiction prud’homale a informé le procureur de la République du délit de travail dissimulé de l’ancien attaquant parisien. « Nous envisageons désormais de donner à ce dossier les suites pénales qu’il mérite », confirment également les avocats de l’ancienne employée de maison.

VIDÉO - Qui est Neymar ?