"Je ne veux pas être considérée comme un objet" : Marina Foïs déstabilisée par les critiques de la presse

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La comédienne a accordé ce jeudi un entretien à "Paris Match".

La presse ne peut pas plaire à tout le monde. Ce jeudi, dans les colonnes de "Paris-Match", Marina Foïs a accordé un entretien à l'occasion de la sortie en salles de deux de ses films, "As Bestas" de Rodrigo Sorogoyen, et "L'année du requin" de Zoran et Ludovic Boukherma.

"Ma liberté est de ne pas avoir envie d'entendre parler de moi"

Au cours de l'interview, l'actrice, qui a également joué dans "Polisse" et "Une intime conviction", a confié qu'elle ne lisait plus les critiques sur ses films. "Je respecte le travail des journalistes quand ils aident à faire aimer le cinéma. Mais soyons clairs : je n'ai pas envie d'être considérée comme un objet qui a fait un bon ou un mauvais travail", a-t-elle souligné, précisant ne pas vouloir "être figée de la sorte". "Cela ne m'intéresse pas, ça me fait presque aussi peur d'être encensée que de me faire démonter la gueule. Ma liberté, c'est de ne pas avoir envie d'entendre parler de moi", a ajouté Marina Foïs.

Si "As Bestas" a été majoritairement salué par la presse, ce n'est pas le cas de "L'année du requin", en salles depuis hier. Avec une note à peine au-dessus de la moyenne sur "Allociné"* - 2,8 étoiles sur 5 -, la comédie dans laquelle jouent aussi Kad Merad et Jean-Pascal Zadi, a reçu des commentaires parfois piquants de la presse.

"Après un premier quart d'heure assez fort, la suite piétine sérieusement. Le film englue le spectateur dans les baïnes de l'ennui",...

Lire la suite

VIDÉO - La Minute de Marina Foïs

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles