Nancy Pelosi en route pour Taïwan : son Boeing suivi à la trace sur « Flightradar »

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Alors que Nancy Pelosi, troisième personnage de l’État américain, pourrait se diriger vers Taïwan au risque d’exacerber les tensions avec la Chine, des centaines de milliers d’internautes suivent en direct le trajet parcouru par un avion à bord duquel elle pourrait se trouver (photo prise le 31 mai en Californie).
Photo Getty Images de Justin Sullivan & Capture d’écran de « Flight Radar » Alors que Nancy Pelosi, troisième personnage de l’État américain, pourrait se diriger vers Taïwan au risque d’exacerber les tensions avec la Chine, des centaines de milliers d’internautes suivent en direct le trajet parcouru par un avion à bord duquel elle pourrait se trouver (photo prise le 31 mai en Californie).

Photo Getty Images de Justin Sullivan & Capture d’écran de « Flight Radar »

Alors que Nancy Pelosi, troisième personnage de l’État américain, pourrait se diriger vers Taïwan au risque d’exacerber les tensions avec la Chine, des centaines de milliers d’internautes suivent en direct le trajet parcouru par un avion à bord duquel elle pourrait se trouver (photo prise le 31 mai en Californie).

TAÏWAN - La crainte d’une crise géopolitique suivie en direct sur Internet. Grâce au site dédié « Flightradar24 », des dizaines et parfois même des centaines de milliers d’internautes ont observé ce mardi 2 août le parcours de « Spar19 », l’avion à bord duquel Nancy Pelosi pourrait rejoindre l’île de Taïwan.

Un voyage loin d’être anodin. Car dans un contexte de tensions exacerbées entre la Chine et les États-Unis depuis plusieurs années, le fait que la présidente de la Chambre des représentants (et troisième personnage de l’État outre-Atlantique) puisse poser le pied sur ce territoire convoité par Pékin mettrait le feu aux poudres.

Atterrissage à 16h44 à Taipei ?

La Chine a ainsi d’ores et déjà prévenu, expliquant que les Américains porteront la « responsabilité » d’une visite officielle de cette envergure à Taïwan et qu’ils devront « payer le prix de leur atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine ». Une menace à laquelle s’est jointe la Russie, ravie de pouvoir dénoncer une ingérence des États-Unis alors que la guerre en Ukraine se poursuit. Le Kremlin a ainsi évoqué une « provocation ».

Le trajet de Nancy Pelosi passionne ou inquiète donc les foules. En effet, alors qu’elle envisageait dans un premier temps de se rendre à Taïwan, la figure du parti démocrate a ensuite laissé planer le doute, sûrement échaudée par les mises en garde chinoises. Tant et si bien que des centaines de milliers d’internautes ont voulu savoir si elle allait effectivement s’y poser après son départ de Kuala Lumpur, en Malaisie, vers 10 heures, heure française, ce mardi.

Et c’est ainsi que parfois près d’un demi-million de personnes ont suivi la progression de « Spar19 », un Boeing C-40C de l’US Air Force, même si personne n’a la confirmation que Nancy Pelosi se trouve bel et bien à bord. Reste qu’à l’heure où sont écrites ces lignes, l’appareil finit de survoler les Philippines et se rapproche très sérieusement de Taïwan. Selon « Fligtradar », il devrait d’ailleurs se poser à Taipei à 16h44 heure de Paris. La tour la plus haute du pays, la célèbre Taipei 101, souhaitait elle déjà bienvenue à la représentante américaine.

À voir également sur le HuffPost: 33 ans après Tiananmen, la police ne tolère aucune commémoration à Hong Kong

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles