Publicité

Mort de Thomas à Crépol : ce que révèlent les premiers éléments de l'enquête

INFO BFMTV - Près d'une semaine après la mort de Thomas, 16 ans, tué en marge d'une fête de village dans la Drôme, le déroulé de la soirée se précise, notamment grâce aux auditions des neuf suspects placés en garde à vue mardi 21 novembre et des dizaines de témoins entendus.

Une enquête complexe aux nombreuses incertitudes se poursuit. Six jours après le drame à Crépol, dans le Drôme, où le jeune Thomas a perdu la vie en marge d'un bal, plus d'une centaine de témoignages ont été recueillis par les enquêteurs.

Dix gardes à vue sont toujours en cours et des auditions sont menées par les gendarmes, notamment ceux de la section de recherche de Grenoble. La vision de la soirée de chacun peut être parcellaire et se contredit parfois. Près d'une semaine plus tard, le déroulé du drame se précise, mais les enquêteurs sont encore loin de tout comprendre, notamment en raison du nombre de témoignages.

Plus d'une dizaine de suspects

D'après une source proche de l'enquête à BFMTV, il apparaît que l'ensemble des suspects - que les enquêteurs estiment à un peu plus d'une dizaine - seraient arrivés en deux fois, avec à chaque fois une ou plusieurs voitures.

D'abord, au début de la soirée "le bal semble durer de 22 heures à 2 heures", détaille cette même source. Puis, entre 1 heure et 2 heures du matin, à la fin du bal, des altercations ont commencé.

Les enquêteurs ont constaté des appels téléphoniques passés par les suspects dans la soirée. Certaines personnes contactées par ces derniers se sont ensuite rendues à la salle des fêtes. Il est cependant trop tôt pour affirmer que ces contacts avaient pour but "d'amener du renfort", car la teneur de la conversation téléphonique n'était pas connue au début des auditions. Les interrogatoires devraient permettre d'éclaircir ce point.

Une attitude "hostile"

La question du mobile reste centrale. Qu'est-ce qui a provoqué ces violences ayant entraîné la mort de Thomas? Si les raisons ne sont pas encore évidentes, les enquêteurs sont à peu près certains qu'elles sont multiples. La majorité des témoins du bal rapporte avoir vécu l'attitude des suspects comme "malveillante" dès le début de la soirée.

Certains rentrent à l'intérieur du bâtiment où se déroule le bal, ils participent à la soirée en dansant et en buvant. D'autres restent volontairement à l'extérieur ou se font refouler par les vigiles. Au moins l'un d'eux est refoulé parce qu'il avait un couteau sur lui.

Il semble aux enquêteurs qu'il y a bien plusieurs étincelles qui ont embrasé la poudrière. L'une d'elles serait une blague sur les cheveux d'un des suspects. Des participants de la soirée se moquent de ses longs cheveux en attaquant sa virilité, selon les auditions. Alors que le suspect aux cheveux longs propose de sortir pour se battre, ils sortent et leur bagarre sera le début d'une escalade de violence, qui mène à la mort de Thomas.

Selon les enquêteurs, au moment de l'attaque, il y a bien un groupe hostile qui s'en prend aux personnes venues au bal qui, elles, essaient de se défendre. À l'issue, Thomas meurt, deux personnes sont gravement blessées et un videur est gravement blessé à la main en essayant de parer un coup de couteau.

Certains témoins ont rapporté aux gendarmes avoir entendu: "On est là pour tuer les Blancs". D'autres évoquent surtout des insultes venant des deux côtés, dont la nature reste à préciser par l'enquête.

Au début des auditions commencées mardi, les suspects n'ont pas reconnu être les auteurs d'un coup de couteau. Pourtant, il apparaît aux enquêteurs que plusieurs d'entre eux ont utilisé des armes blanches. Certains suspects n'ont cependant pas tous encore été interpellés, d'après une source proche de l'enquête.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Mort de Thomas: après l'adieu de la famille, hommage sur les terrains de rugby dimanche