Mort de Keenan Anderson: une nouvelle affaire George Floyd aux États-Unis?

Le jeune homme lors de sa violente interpellation par un policier à Los Angeles début janvier. - Police
Le jeune homme lors de sa violente interpellation par un policier à Los Angeles début janvier. - Police

Aux États-Unis, un professeur et père de famille de 31 ans, est mort d'un arrêt cardiaque le 3 janvier dernier à Los Angeles (Californie), peu après avoir été brutalement arrêté par la police dans le cadre d'un banal accident de voiture.

La mort de Keenan Anderson, Afro-américain, porte à trois le nombre de morts impliquant un officier de police dans la ville de l'ouest du pays depuis le début de l'année.

Les faits ont lieu dans le quartier de Venise, où vient d'avoir lieu un accident de la route. L'homme, dont le comportement semble agité, est plaqué au sol par des policiers qui tentent à ce moment-là de le maîtriser.

Les images des caméras piétons scrutées

Les images des caméras piétons portées par les agents des forces de l'ordre montrent que lors de cette interpellation, l'un des policiers met Keenan Anderson au sol, puis s'appuie lourdement sur lui au niveau du cou et du thorax. "Ils essaient de me faire une George Floyd", s'écrie ensuite l'homme en train de se débattre au sol, avant d'être tasé puis menotté par un policier.

Conscient, l'individu est ensuite emmené à l'hôpital, où il mourra "environ quatre heures et demie" plus tard d'un arrêt cardiaque. La police assure que le trentenaire a reçu des soins médicaux sur les lieux de l'interpellation, avant d'être hospitalisé.

Les analyses toxicologiques révéleront la présence de cocaïne et de cannabis dans son organisme. En attendant les résultats définitifs de l'enquête, les policiers ont été suspendus de leurs fonctions par la maire de la ville Karen Bass.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le chef de la police de LA, le fameux LAPD, Michel Moore, a lui expliqué qu'"il n’y a pas de limite prédéfinie sur le nombre de fois qu’un Taser peut être utilisé dans une situation particulière. Cependant, les agents doivent généralement éviter les activations répétées ou simultanées pour éviter des blessures potentielles". Il a néanmoins expliqué que Keenan Anderson avait résisté aux policiers.

Une affaire qui rappelle la mort de George Floyd

"Il n'y a pas de preuve qu'il a été étouffé ou quelque chose comme ça, je constate six activations de taser en 42 secondes et nous savons que le nombre d'activations peut avoir un effet néfaste sur le système cardio-vasculaire, en particulier si la personne a des problèmes sous-jacents", a ajouté Michel Moore.

L'affaire rappelle irrémédiablement celle de George Floyd, tué par des policiers en mai 2020 lors de son arrestation. Sa mort avait provoqué une immense vague de protestations à travers le pays, et provoqué l'essor du mouvement Black lives matter. Derek Chauvin, le policier l'ayant asphyxié avec son genou, a été condamné en juillet dernier à 21 ans de prison par la justice fédérale des Etats-Unis.

Il s'avère, par ailleurs, que Keenan Anderson était le cousin de Patrisse Cullors, la cofondatrice du mouvement de protestation. "Tous nos êtres chers qui son morts après avoir eu affaire à la police devraient être en vie", a réagi cette dernière dans la presse américaine.

À Washington D.C où il enseignait, la tristesse et la colère sont palpables. "Nous avons tellement de questions", a déclaré Mashea Ashton, directrice de l'école Digital Pioneers Academy (où il enseignait) face à la presse.

"Comment aurait-on pu désamorcer la situation? Comment aurait-on pu éviter que les circonstances ne s'enveniment? (...) Les détails de sa mort sont aussi troublants que tragiques. Keenan était un éducateur profondément engagé et père d'un fils de six ans… Il était aimé de tous".

Article original publié sur BFMTV.com