Publicité

Miss Japon 2024 va rendre sa couronne à cause d'une liaison avec un homme marié

Deux semaines après son sacre Miss Japon 2024 doit déjà dire adieu à la couronne. Comme le précise la BBC, Carolina Shiino, née en Ukraine et naturalisée japonaise, va devoir renoncer à son titre, après qu'un tabloïd japonais a révélé sa liaison avec un homme marié.

Selon cet article, publié dans le journal local Shukan Bunshun, cette mannequin de 26 ans aurait entretenu une relation avec un médecin et influenceur marié. Peu après la parution de cet article, les organisateurs du concours Miss Japon ont alors pris la parole pour défendre Carolina Shiino, assurant qu'elle n'était pas au courant que cet homme était marié.

Des excuses publiques

Or, lundi, la jeune femme a finalement avoué avoir menti et s'est ainsi vue retirer son titre de Miss Japon 2024 par les organisateurs du concours. Dans un communiqué, Carolina Shiino a tenu à présenter ses excuses et précise qu'elle a agi sous l'effet de "la peur et de la panique", à la suite de la parution de l'article.

"Je suis sincèrement désolée pour les énormes problèmes que j'ai causés et pour avoir trahi ceux qui m'ont soutenue", a-t-elle déclaré.

Malgré le sacre de plusieurs dauphines lors du concours de beauté le 22 janvier dernier, le titre de Miss Japon restera vacant jusqu'à la fin de l'année, précise la BBC.

Une élection polémique

Grâce à son sacre le 22 janvier, Carolina Shiino - d'origine ukrainienne, arrivée au Japon à l'âge de 5 ans et naturalisée en 2023 - est ainsi devenue la première citoyenne japonaise naturalisée à remporter le concours.

Mais sur les réseaux sociaux, son élection a fait polémique, certains critiquant le fait qu'elle ne vienne pas du Japon. "Cette personne qui a été choisie comme miss Japon n'est même pas à moitié japonaise, mais une Ukrainienne pure à 100 %. Certes, elle est belle, mais il s'agit de miss Japon", a écrit un internaute sur X (anciennement Twitter).
"Je pense que les Japonais reçoivent un mauvais message lorsqu'une personne d'apparence européenne est qualifiée de plus belle Japonaise", d'après un autre internaute cité par le média britannique.

Interrogée sur BFMTV quelques jours après son sacre, Carolina Shiino avait assuré se sentir "japonaise depuis son plus jeune âge" et avoir pris les critiques la concernant "positivement".

"Je me suis sentie japonaise depuis le plus jeune âge. Mais je ne ressemble pas à une Japonaise. Toute ma vie j'ai dû jongler entre le fait de me sentir japonaise sans avoir l'air japonaise", avait assuré la Miss Japon 2024 à BFMTV.

Ce n'est pas la première fois qu'une gagnante du concours questionne dans le pays. En 2015, Ariana Miyamoto, la première miss Japon métisse avait été victime de racisme après son élection.

Article original publié sur BFMTV.com