Publicité

Le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné promet que l'Ukraine "restera la priorité de la France"

Le nouveau ministre des Affaires étrangères effectue samedi en Ukraine son premier déplacement. Il doit rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans la journée.

Stéphane Séjourné est venu apporter des gages à Kiev pour son premier déplacement comme ministre des Affaires étrangères. "L'Ukraine est et restera la priorité de la France" et ce, "en dépit de la multiplication des crises", a déclaré samedi le nouveau chef de la diplomatie française.

"C'est en Ukraine que se joue la défense des principes fondamentaux du droit international, des valeurs de l'Europe mais aussi des intérêts de la sécurité des Français", a-t-il insisté lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue ukrainien Dmytro Kuleba.

Nommé jeudi au Quai d'Orsay, Stéphane Séjourné, est à Kiev pour marquer le soutien de Paris à l'Ukraine à l'approche, le mois prochain, du deuxième anniversaire de la guerre qui oppose le pays à la Russie. Cette visite intervient à un moment crucial pour l'Ukraine, alors que ses alliés européens et américains débattent de la poursuite de leur soutien face aux attaques russes.

"L'aide de la France s'inscrit dans la durée"

"Depuis près de deux ans, l'Ukraine est en première ligne pour défendre sa souveraineté et assurer la sécurité de l'Europe. L'aide de la France s'inscrit dans la durée. C'est ce que je suis venu dire à Kiev pour mon premier déplacement", a déclaré le ministre, dans un message publié sur X.

Stéphané Séjourné, qui succède à Catherine Colonna à la suite de la nomination d'un nouveau gouvernement en France, doit rencontrer samedi à Kiev le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Dès sa prise de fonctions, vendredi, il s'était engagé à poursuivre le soutien de la France, affirmant qu'"aider l'Ukraine, c'est garantir la victoire de la démocratie".

L'aide militaire apportée par la France à l'Ukraine atteint un montant de 3,2 milliards d'euros, selon un rapport parlementaire publié en novembre. Mais le fort soutien apporté par les pays occidentaux après l'invasion russe début 2022 s'est fissuré ces dernières semaines, sur fond de dissensions politiques.

Les nouvelles promesses d'aide occidentale ont fortement ralenti, tombant à leur plus bas niveau depuis le début de la guerre, a calculé début décembre l'institut de recherche allemand Kiel Institute. Une enveloppe européenne de 50 milliards d'euros envisagée pour consolider le soutien européen à l'Ukraine est bloquée, au moins jusqu'au prochain sommet de l'UE prévu début février. La nouvelle enveloppe des États-Unis est de son côté freinée au Congrès par des réticences d'élus républicains.

Zelensky veut davantage de moyens de défense aérienne

Volodymyr Zelensky a averti que tout retard dans les aides apportées à son pays aura un impact important sur le cours de la guerre. Il réclame davantage de moyens de défense aérienne, alors que la Russie a récemment intensifié ses frappes.

Dans la nuit de vendredi à samedi, Moscou a lancé 40 missiles et drones sur l'Ukraine, dont huit ont été détruits et "plus de 20" ont manqué leur cible, grâce notamment à des "contre-mesures électroniques", a annoncé l'armée de l'air ukrainienne.

Les autorités ukrainiennes n'ont pour le moment pas fait état de décès. Un missile tombé dans la région de Soumy (nord-est) a blessé un civil et endommagé 26 bâtiments, selon le procureur général du pays.

Pour sa part, dans un communiqué, l'armée russe a affirmé que cette attaque avait visé des installations du "complexe militaro-industriel" ukrainien fabriquant des "obus de 155, 152 et 125mm", de la "poudre à canon" et des drones. Lors de cette attaque, elle a affirmé avoir employé des missiles tirés depuis la mer et les airs, notamment des engins hypersoniques Kinjal, et des drones, tout en assurant avoir atteint toutes les cibles assignées.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Ukraine : un hôtel de Kharkiv bombardé par deux missiles russes