Les migrants envoyés sur l’île huppée de Martha’s Vineyard transférés vers une base militaire

MATT COSBY / NYT

La cinquantaine de migrants, pour la plupart des Vénézuéliens, envoyés mercredi sur l’île huppée de Martha’s Vineyard, dans le Massachusetts, ont été accueillis vendredi 16 septembre à Cape Cod, une base militaire non loin de là, rapporte Politico.

Ils ont été relogés volontairement dans un centre d’hébergement d’urgence de cette base interarmées, qui, par le passé, a servi de centre de soins médicaux pendant la pandémie de Covid-19, et d’abri pour les habitants de Louisiane après le passage de l’ouragan Katrina, en 2005, ont fait savoir les services du gouverneur républicain du Massachusetts, Charlie Baker. Sur place, les migrants auront accès à de la nourriture et à des services d’urgence.

L’arrivée inattendue des migrants cette semaine “a surpris la communauté insulaire” de Martha’s Vineyard, connue comme un lieu de villégiature huppé “prisé des riches et de l’élite politique, y compris l’ancien président Barack Obama”, écrit Politico.

Le gouverneur républicain de Floride, Ron DeSantis, a confirmé par la suite être à l’origine du déplacement des migrants. M. DeSantis a déclaré que les migrants étaient volontairement montés à bord de ces vols. Selon Politico, “l’administration DeSantis a payé une compagnie d’aviation, Vertol Systems Company Inc, 615 000 dollars pour transporter les migrants” de San Antonio, au Texas, à Martha’s Vineyard.

Biden dénonce un “coup politique”

“Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’une campagne menée par Ron DeSantis et d’autres gouverneurs républicains du Texas et de l’Arizona pour envoyer des migrants dans des villes à forte concentration démocrate comme Washington, New York et Chicago, afin de médiatiser l’explosion du nombre de passages de migrants à la frontière entre le Mexique et les États-Unis”, explique le Washington Post.

Chaque jour, note le Wall Street Journal. des milliers de migrants traversent illégalement la frontière sud des États-Unis, et un record de deux millions de passages y est attendu cette année.

Le président américain, Joe Biden, a condamné la démarche du gouverneur Ron DeSantis, la qualifiant de “coup politique”. “Les républicains font de la politique avec des êtres humains, ils les utilisent comme des pions. Ce qu’ils font est tout simplement mauvais”, a-t-il déclaré jeudi.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :