Michel Drucker : « Je veux être le premier centenaire de la télévision »

Par Marc Fourny
·2 min de lecture
Michel Drucker a repris ses activités fin mars.

Dans « Paris Match », l'animateur revient sans filtre sur sa détresse physique et morale à l'hôpital et sa volonté de tenir aussi longtemps que possible.

Le défi est lancé, autant pour conjurer le sort que pour laisser sa trace dans l'histoire des médias : « Je veux être le premier centenaire de la télévision ! » lance Michel Drucker cette semaine dans Paris Match. Ce qui lui fait plus de vingt ans à résister pour réussir son pari? Sept mois après son opération à c?ur ouvert qui l'a laissé exsangue, l'animateur compte bien continuer à suivre un sportif régulier pour tenir le plus longtemps possible, même si les médecins estiment que sa rééducation est terminée. « Aujourd'hui, on me dit que je suis allé au bout du processus, explique-t-il. Moi, je vais continuer un an de plus en clinique et chez moi. »

Au programme : une heure au moins d'entraînement quotidien avec du vélo d'appartement, du rameur sur sa terrasse parisienne avec l'appareil offert par Jean-Claude Killy et des séances de kiné à la clinique Bizet où il a été suivi ces derniers mois. Il dit ne pas avoir de séquelles de sa double opération, celle du c?ur puis une autre quand sa cicatrice s'est infectée par la suite. Juste « une gêne neurologique au pied gauche avec deux doigts réfractaires » qu'il espère résorber. Sa mémoire n'a pas été altérée, il a retrouvé son tonus, ses 10 kilos perdus, son fameux canapé rouge du studio Gabriel, il publie un livre sur son épreuve et prépare un retour sur scène? « C'est vrai que je suis reparti à fond alors que les cardiologues m'ont conseillé drégime 'y aller doucement, poursuit-il. Je ne leur dis pas toute la [...] 

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :