Publicité

Mercato: le récit en détails de l'incroyable feuilleton sur le transfert de Benrahma à l'OL

Il faut imaginer la scène. Jeudi soir, dans les bureaux de l’OL, Saïd Benrahma est réuni avec sa famille et les dirigeants lyonnais. Tout est a priori réuni pour boucler le transfert de l'ailier algérien (28 ans) en provenance de West Ham. Les contrats sont signés, les différents avenants aussi. Même chose pour les conventions avec les agents. Il est 22h26. Tous les documents sont envoyés par l’état-major lyonnais dans l’ordinateur de la FIFA. "Nous étions en contact avec la Ligue et la DNCG. Tout était préparé. Tout a été extrêmement bien fait, suivi dans l'ordre. Tous ces documents ont été envoyés à West Ham dans les temps", témoigne le directeur général Laurent Prud'homme.

De l’autre côté de la Manche, les patrons des Hammers doivent en faire de même. Mais ça, c’est la théorie. Dans la pratique, les Anglais ne donnent plus signe de vie malgré les appels répétés du directeur sportif David Friio. L’horloge tourne et West Ham ne s’est toujours pas acquitté de cette manœuvre, simple, technique et informatique qui prend deux minutes. 23h, 23h15, 23h30, 23h55… Pas de nouvelles. Le board de l’OL ne voit rien venir sur ses ordinateurs. Minuit sonne. Trop tard. Le deal vient de capoter. C’est l’incompréhension la plus totale côté rhodanien. Le joueur est effondré.

Benrahma était en larmes jeudi soir

"Nous avons rempli les données dans le système TMS, puis on a attendu. Il fallait que le matching des informations ait lieu à 23h59. On était avec David Friio, le joueur et sa famille. À 23h59, on s'est rendu compte que West Ham n'avait même pas essayé de remplir les informations dans le système TMS. C'était assez impressionnant de voir le joueur et sa mère en pleurs", décrit Laurent Prud'homme. Immédiatement, l’OL contre-attaque et écrit à la FIFA. John Textor, lui, échange directement avec le président du Betis Séville, lui aussi floué par West Ham avec le transfert raté de Pablo Fornals.

Bizarrement, les Hammers trouvent le moyen d’enfin valider les documents ce vendredi matin. Un nouveau coup de théâtre survient en début d’après-midi. Alors qu’ils sont en pleine conférence de presse pour faire le bilan du mercato, Laurent Prud'homme, David Friio et John Textor apprennent en direct que la Fifa aurait accepté leur recours. Un énorme retournement de situation. "Nos efforts sont en train de payer, se félicite Laurent Prud'homme. La FFF a fait la demande à la fédération anglaise, qui a sept jours pour accepter. On ne va rien lâcher. Maintenant, c'est à la fédération anglaise de valider auprès de la fédération française. Il semblerait que la Fifa ait accepté notre appel." Le soulagement est immense dans les rangs lyonnais.

Restait aux deux ligues (anglaise et française) de prendre en compte cette décision. Un processus qui aurait pu prendre jusqu’à… sept jours. Mais le doute a été levé ce vendredi soir, aux environs de 18h, avec l'officialisation de Benrahma à Lyon. L’OL aura dépensé 55 millions d’euros pour sept joueurs, soit son plus gros portefeuille lors d’un mercato hivernal.

Article original publié sur RMC Sport