Martin Hirsch, patron de l'AP-HP, quitte ses fonctions

AFP/Archives - ludovic MARIN

Sur fond de crise sans précédent de l'hôpital public, le haut fonctionnaire à la tête de ce mastodonte du système de santé quittera son poste de directeur général à la fin du mois de juin.

Martin Hirsch, patron de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), a annoncé le 17 juin 2022 quitter ses fonctions, dans une lettre adressée aux personnels dont l'AFP a eu connaissance.

Un modèle hospitalier en crise

Sur fond de crise sans précédent de l'hôpital public, le haut fonctionnaire à la tête depuis 2013 de ce mastodonte du système de santé qui emploie plus de 100.000 personnes et fait fonctionner 38 hôpitaux, quittera son poste de directeur général à la fin du mois. Dans son courrier, M. Hirsch salue le courage et l'abnégation des personnels de l'AP-HP face à la pandémie de Covid-19 mais regrette de ne pas avoir pu mettre en oeuvre "un modèle hospitalier différent de ce qu'il a été avant, plus proche de nos attentes et de nos ambitions à tous", un engagement qu'il avait tenu à l'aube de la pandémie.

"C'est parce que j'ai pensé ne pas pouvoir réunir toutes les conditions pour que cet engagement soit respecté que j'ai décidé, il y a un mois, de remettre mon poste de directeur général de l'AP-HP à la disposition du gouvernement", a-t-il écrit. "Je suis convaincu que beaucoup de maux dont nous souffrons appellent des changements de même ampleur que ceux qui avaient été réalisés en 1958, quand l'hôpital universitaire avait été repensé pour lui redonner force, noblesse et attractivité", a-t-il complété alors que le système de santé, et l'hôpital public en particulier, est l'un des deux grands chantiers du deuxième quinquennat d'Emmanuel Macron.

Normalien, énarque, titulaire d'un diplôme de neurobiologie

Âgé de 58 ans, M. Hirsch est une personnalité atypique du monde des élites françaises, longtemps estampillé à gauche mais membre du gouvernement de Nicolas Sarkozy. Normalien, énarque, titulaire d'un diplôme de neurobiologie, conseiller d'Etat, il a été président d'Emmaüs France (2002-2007) avant d'entrer au gouvernement de François Fillon comme haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté. Il est à l'origine du revenu de solidarité active ([...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles