Publicité

Maroc-RD Congo: jet de bouteille, coup de poing… la presse marocaine accuse des journalistes congolais de violences

Une fin de match électrique. Dimanche, la rencontre entre le Maroc et la République démocratique du Congo, comptant pour la deuxième journée de la phase de groupes de la Coupe d’Afrique des nations (1-1), a été marquée par un début de bagarre sur la pelouse du stade Laurent Pokou de San Pédro.

>> Revivez Maroc-RD Congo (1-1)

Alors que les joueurs et les staffs s’écharpaient sur la pelouse, la tension était également à son comble en tribune de presse. Dimanche soir, la presse marocaine, dont le quotidien Le Matin, a accusé les journalistes congolais de violences. Selon le récit des médias marocains, un journaliste congolais a tenté d’asséner un coup de poing à l’un de ses confrères marocains, qui l’a esquivé. Ce même journaliste aurait également été visé par un jet de bouteille.

Passe d'armes entre Regragui et Mbemba

Sur la pelouse, l'altercation entre Walid Regragui, le sélectionneur des Lions de l’Atlas, et Chancel Mbemba, défenseur congolais, a notamment fait couler beaucoup d'encre. Les images capturées par BeIn Sports montrent Regragui se diriger vers Mbemba pour lui serrer la main, avant de lui dire avec autorité "regarde-moi !" à plusieurs reprises. Le défenseur de l’OM, toujours sous tension, mime le geste de la VAR, semblant lui indiquer qu'il n'y avait pas main sur une action précédente. Lui aussi très tendu, Regragui se confronte directement à Mbemba avant que plusieurs personnes n'interviennent pour séparer les deux hommes.

En zone mixte, Mbemba a livré sa version des faits, entretenant le flou sur ce qu'il reproche à Regragui: "On a coupé les vidéos à la TV mais moi j'ai les vidéos. Je n'ai pas besoin de balancer. (...) Je ne suis pas un super joueur mais je ne croyais pas que ce mot-là allait sortir de la bouche du coach."

"Je n'ai pas aimé ça car il insinue beaucoup de choses. Donc s'il a des images autres que celles que l'on voit à la télévision, qu'il les sorte, avec plaisir, a répondu Walid Regragui. Et il verra exactement ce qu'il s'est passé. Et voilà ce qu'il s'est passé... Avant que j'aille lui serrer la main, il nous a pris à partie, moi et mon adjoint, sur le bord de touche avant la fin du match, il nous a mal parlé. Et à la fin, malgré ça, je vais lui serrer la main pour lui dire aussi: "Mais pourquoi tu me parles comme ça?" Et là, il regarde ailleurs, genre "je ne te serre pas la main". Je lui ai retenu la main, ça se voit sur les images, et il a commencé à crier dans tous les sens."

Article original publié sur RMC Sport