Sous-marins. Entre Joe Biden et l’Europe, la lune de miel est terminée

·2 min de lecture

La signature d’un traité trilatéral dans le dos de la France et de l’UE pour contrer la Chine passe mal sur le Vieux Continent. Une manœuvre digne de Donald Trump, relève The Guardian, bien loin de la promesse d’un retour de la relation transatlantique. De son côté, Boris Johnson enregistre un succès symbolique post-Brexit.

Paris est furieux de la décision australienne de renoncer au projet d’achat d’une flotte de sous-marins français. Le différend entre la France et l’Australie ne porte pas uniquement sur un contrat de défense, des dépassements de coûts et des caractéristiques techniques. En effet, il remet surtout en cause l’alliance transatlantique destinée à contrer la Chine.

Depuis la création de l’Aukus [accord de sécurité trilatéral entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis], annoncée mercredi 15 septembre, la France fulmine contre l’unilatéralisme trumpien de Joe Biden, la duplicité australienne et l’habituelle perfidie britannique. “Rien n’a été fait en sous-main”, assure le ministre de la Défense britannique, Ben Wallace, pour calmer le jeu. Mais Paris ne l’entend pas de cette oreille. “C’est une énorme déception”, déplore Florence Parly, la ministre de la Défense française.

La France pas digne de confiance ?

Pas plus tard qu’au mois d’août, Florence Parly avait rencontré son homologue australien, Peter Dutton, à Paris. Cette rencontre avait abouti à la publication d’un communiqué conjoint, qui soulignait l’importance de leur travail commun sur les sous-marins, dans le cadre d’une stratégie d’endiguement de la Chine dans la région indo-pacifique. Sachant que Dutton n’a pas dit aux Français que Canberra négociait depuis des mois avec les États-Unis, on peut supposer qu’il n’était pas dans la boucle, qu’il a très mauvaise mémoire ou qu’il a décidé de ne pas révéler ce qu’il savait.

Bref, la France n’a rien vu venir. Elle a appris la nouvelle par des rumeurs dans les médias australiens, selon lesquelles le contrat allait être déchiré lors d’un duplex entre la Maison-Blanche, Canberra et Londres.

Non seulement, l’Australie préférait

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles