Publicité

Le Mans: deux parents condamnés à de la prison ferme pour ne pas avoir assez nourri leur fille de 3 ans

Une petite fille de 3 ans et demi a été retrouvée en état de "mort apparente" en décembre 2022, selon la présidente du tribunal correctionnel du Mans. Ses parents ont été condamnés à de la prison ferme.

Une négligence qui aurait pu avoir une issue dramatique. Deux parents ont été condamnés respectivement à quatre et cinq ans de prison ferme jeudi 7 décembre pour avoir insuffisamment nourri leur petite fille de 3 ans et demi, la laissant presque mourir de faim, au Mans, dans la Sarthe, en 2022, rapporte Ouest France. L'autorité parentale du couple leur a également été retirée concernant leurs trois enfants.

Une enfant décharnée

Le 3 décembre 2022, après avoir reçu l'appel téléphonique de la mère de l'enfant, les secours se rendent à son domicile. Sur place, ils découvrent une fillette au corps complètement décharné.

Allongée sur son lit, la fillette ne répond plus aux sollicitations des secours et se montre incapable de leur montrer la main. Elle est en état de mort apparente.

Rapidement transportée à l'hôpital, elle est placée sous oxygène et nourrie au glucose. Les médecins constatent qu'elle ne pèse que 6,5 kg, alors qu'elle est âgée de 3 ans et 8 mois.

Alimentée par sonde

Pendant plusieurs jours, le pronostic vital de l'enfant est engagé et des "atteintes intestinales sévères" rendent une alimentation normale impossible, d'après les pédiatres. Elle doit donc être nourrie exclusivement par sonde.

"J'ai faim", clame-t-elle dès son réveil.

Le corps de la fillette porte des traces d'escarres, ce qui témoigne d'un séjour allongé prolongé. Selon les médecins, la petite fille est probablement restée immobilisée par la fatigue pendant 10 à 15 jours.

Après des soins attentifs, l'enfant reprend du poids et survit. Elle ne rejoint cependant pas le domicile familial et est placée à l'Aide sociale à l'enfance.

La fillette sauvée de justesse

Pour la présidente du tribunal correctionnel du Mans Michaele Guivier, l'intervention des secours a probablement sauvé la fillette de justesse.

"À dix minutes près, votre enfant serait morte", dénonce-t-elle jeudi au tribunal, face aux parents.

Face aux photos de la fillette au moment de sa prise en charge, elle évoque des "images brutales, mais implacables". "Votre petite fille est à la limite du cadavre", accuse-t-elle. "Elle ne voulait pas manger", répondent les parents.

Une première alerte en 2021

Comment une petite fille a-t-elle pu être laissée sans nourriture de façon prolongée? Si elle était bien inscrite en maternelle, elle ne se rendait pas en classe, selon la présidente du tribunal. La petite fille "ne voulait pas aller à l'école", assurent cette fois les parents.

Des signes avant-coureurs ont par ailleurs bien été détectés. En mai 2021, une alerte est émise après une soudaine perte de poids de l'enfant et elle est un temps hospitalisée en octobre de la même année.

La fillette est ensuite placée à domicile. Pas moins de 16 visites d'éducateurs sont planifiées, mais la plupart sont annulées par les parents ou alors ceux-ci affirment que leur fille dort et n'est pas disponible.

Des séquelles encore visibles

Un an après sa prise en charge par les secours, l'enfant, aujourd'hui âgée de 4 ans et demi, peut de nouveau marcher, après avoir suivi des séances de rééducation avec un kinésithérapeute. Elle souffre cependant encore de séquelles qui l'empêchent de se nourrir normalement et la fatiguent fortement.

Sans que les parents n'aient fourni d'explications, la petite fille était la seule de sa fratrie, composée de trois enfants, à subir une telle négligence.

Le père est condamné à six ans de prison dont un an avec sursis, la mère à cinq ans de prison dont un an de sursis probatoire. Tous deux sont maintenus en détention.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - L'Ukraine commémore l'Holodomor, la grande famine de 1932-1933