Manifestation avant l’invasion du Capitole : trois élus républicains auraient aidé à l'organiser

·2 min de lecture

Ali Alexander, un des organisateurs de la manifestation «Stop the steal», dont certains participants ont envahi le Capitole, a assuré que trois élus républicains l’avaient aidé.

Une vidéo depuis effacée, mais qui risque de causer des remous. Mercredi, alors que les débats sur la mise en accusation de Donald Trump pour «incitation à l’insurrection» démarraient à la Chambre des représentants, Ali Alexander, militant d’extrême droite qui est un des organisateurs de la manifestation «Stop the steal», a assuré que trois élus républicains l’avaient aidé à mettre au point le rassemblement, dont certains participants ont envahi le Capitole et interrompu la certification des résultats de l’élection présidentielle. «Tous les quatre, nous nous sommes assemblés pour mettre une pression maximum sur le Congrès pendant qu’il votait», a-t-il assuré, selon le «Washington Post». Les trois élus sont de fervents défenseurs du président sortant : Andy Biggs (Arizona), Mo Brooks (Alabama) et Paul Gosar (Arizona). Tous trois s’étaient opposés, sans succès, à la certification des résultats.

A lire : La mise en accusation de Donald Trump fracture le parti républicain

Le but de cette manifestation, au cours de laquelle Donald Trump a appelé ses partisans à se battre «comme des diables», était de «faire changer d’avis les républicains qui se trouvaient à l’intérieur, qui nous entendaient rugir à l’extérieur», a poursuivi Ali Alexander dans la vidéo : «Ceux qui n’étaient pas décidés ou qui ont vu tout le monde dehors et se sont dit : "Je ne peux pas être de l’autre côté que cette foule"». Le mois dernier, rappelle CNN, Paul Gosar avait assuré à des partisans de Donald Trump rassemblés devant le Capitole de l’Arizona : «Une fois que nous aurons conquis le Capitole, Donald Trump redeviendra président». Une promesse qui a une saveur particulière après les violences de mercredi dernier, au cours desquelles quatre émeutiers(...)


Lire la suite sur Paris Match