Publicité

Mahjoub Mahjoubi: l'avocat de l'imam du Gard dénonce une "manœuvre politique"

Une défense convaincante? Invité ce mardi 20 février sur l'antenne de BFMTV, Me Samir Hamroun, avocat de Mahjoub Mahjoubi, imam pour lequel Gérald Darmanin a demandé le retrait du titre de séjour en vue de son expulsion, en raison d'"appels à la haine", a défendu son client.

"L'honneur et la dignité d’un homme sont jetés en pâture depuis hier. Monsieur Mahjoubi est présenté comme l’ennemi public numéro un, comme s’il faisant partir d’une organisation terroriste", dit-il.

Mauvaise maîtrise de la langue française?

Selon lui, cette accusation est une "manœuvre politique." "On veut utiliser Mahjoub Mahjoubi pour poursuivre un combat", accuse-t-il. "Comment peut-on suggérer ou penser une seule seconde qu’il a voulu, par ce propos, porter atteinte au drapeau tricolore et aux valeurs républicaines. C'est absolument incompréhensible et ça fait partie d’une manœuvre politique", attaque encore l'avocat.

Comme l'avance encore l'avocat, la maîtrise de la langue française par l'imam est également une explication.

"Il est en France depuis quelques années, mais n’a pas une maîtrise parfaite de la langue française. Vous avez un Français compréhensible mais pas une maîtrise de la dialectique parfaite. ‘Diabolique’ n’a aucun lien avec le drapeau tricolore français, c’est le nationalisme, la désunion qui est visée", maintient-il.

"On devrait se féliciter qu’un imam tienne ces propos", ajoute-t-il.

"Appels à la haine"

Ce mardi encore, le préfet du Gard, Jérôme Bonet, a estimé que "plusieurs prêches" récents de l'imam tunisien de la mosquée de Bagnols-sur-Cèze constituaient bien des "appels à la haine" et ne relevaient pas du simple "lapsus".

"Oui, évidemment, il y a appel à la haine", a-t-il déclaré sur la radio franceinfo. Mais "ce n'est pas que cet extrait de vidéo qui a justifié la réaction du ministre de l'Intérieur", précise-t-il.

Sur franceinfo, Jérôme Bonet a indiqué que cette mosquée de Bagnols-sur-Cèze, "probablement à la dérive", faisait en fait l'objet d'un suivi depuis plusieurs mois. Et cette "dérive est consacrée par plusieurs prêches récents".

Article original publié sur BFMTV.com