Publicité

Macron traité de "salaud de nazi" par une chaîne russe après ses propos sur l'envoi de troupes en Ukraine

L'animateur de la chaîne publique Russie 1 a tenu des propos très virulents envers Emmanuel Macron qui a estimé que l'envoi de troupes occidentales sur le sol ukrainien ne pouvait "être exclu".

"Il a complètement perdu la tête". Vladimir Soloviev est peu tendre avec Emmanuel Macron et la France depuis le début de la guerre entre la Russie et l'Ukraine. Le mardi 27 février, l'animateur de la chaîne de télévision Russie 1 - réputé pour ses propos outranciers et ses provocations - s'est à nouveau illustré en insultant le président de la République.

"Macron est bien sûr un crétin phénoménal, il a complètement perdu la tête. Tu veux t'en prendre à la Russie? Alors choisis une ville française que tu veux rayer de la carte", lance Vladimir Soloviev.

"Tu n'as rien compris à notre pays"

Le président de la République Emmanuel Macron s'est exprimé lundi soir à l'issue d'une conférence internationale de soutien à l'Ukraine, deux ans après le début de la guerre contre la Russie. Lors d'une prise de parole devant la presse, le chef de l'État a estimé que l'envoi de troupes occidentales à l'avenir en Ukraine ne peut "être exclu".

"Toi, salaud de nazi, héritier de Pétain, tu penses que tu peux frapper la Russie impunément? Dans ce cas tu n'as rien compris à notre pays", lui répond l'animateur de télévision russe.

Vladimir Soloviev a enfin accusé Emmanuel Macron de ne pas être "un héritier de De Gaulle": "Tu ne vaux même pas la moitié de De Gaulle. Tu n'es qu'une vraie merde qui pue".

Au lendemain des propos d'Emmanuel Macron, l'Élysée a souhaité les clarifier en expliquant que "personne n’a parlé de la possibilité de participer aux combats avec l’Ukraine", précisant que "plusieurs participants ont évoqué le fait que, pour des raisons d’efficacité, on puisse parler d’être sur place à travers des activités de déminage ou de maintien en condition opérationnelle."

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Menace nucléaire, mesures sociales... ce qu'il faut retenir du discours de Vladimir Poutine