Météo : Le jour de l’An, l’Europe bat déjà des records de chaleur

Des records de températures sont déjà battus ce 1er janvier 2023 dans plusieurs villes européennes.
GFS 2m temperature anomaly - Karsten Haustein Des records de températures sont déjà battus ce 1er janvier 2023 dans plusieurs villes européennes.

METEO - « Un début d’année fou ». Dès le premier jour de l’année, Mika Rantanen, chercheur à l’Institut météorologique finlandais s’inquiète sur Twitter des températures de ce dimanche 1er janvier, dignes, explique-t-il, d’un « jour de printemps en avril ». Et pour cause : l’année 2023 commence avec une chaleur record sur une grande partie du continent.

« 2023 commence fort en Europe avec des anomalies thermiques massives de 10 à 20 °C ce jour de l’An sur une large partie de l’Europe, entre nord France et Russie », déplore ainsi sur Twitter François Jobard, météorologue de Météo France. La Pologne a même déjà battu son record national de janvier « avec 18,7 °C enregistrés en pleine nuit à Głuchołazy », poursuit-il.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Des records déjà battus au Danemark, en Pologne et aux Pays Bas

Même constat du côté de l’Institut météorologique danois : « L’année 2023 a à peine commencé que nous semblons avoir un nouveau record de chaleur pour le mois de janvier. À 04 h 50, 12,6 degrés ont été mesurés à Abed sur Lolland », précisant que le précédent record de cette vitte située dans la région Sjælland, au sud du Danemark, datait de 2005.

Aux Pays-Bas aussi, la douceur s’est installée ce matin et les experts rapportent des températures anormalement élevées pour le premier jour de l’année. À De Bilt, une commune néerlandaise, un expert des énergies, Kees van der Leun, souligne sur Twitter que quelques heures après le passage à la nouvelle année, le mercure s’est envolé : « Bienvenue en 2023. Il nous a fallu moins d’une heure pour connaître la température de janvier la plus chaude jamais enregistrée ici : 15,6 °C, battant le précédent record vieux de 122 ans de 0,5 °C ! »

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L’Hexagone débute également 2023 avec des températures largement au-dessus des normales de saison sur la majorité du pays. Après un pic de douceur le soir du Nouvel an et des anomalies thermiques excédant les 8 °C par rapport aux normales, les températures resteront à plus de 7 °C ce dimanche 1er janvier, anticipe Météo France. Et la Saint-Sylvestre 2022 est déjà entrée dans le top 5 de journées les plus douces jamais mesurées décembre en France.

Comme vous pouvez le constater sur la carte ci-dessous, c’est toute l’Europe qui subit de plein fouet cette vague de chaleur. Déjà ce dimanche midi, il fait 15 °C à Paris, autant à Madrid, 16 °C à Berlin, 14 °C à Cracovie ou encore 16 °C à Zagreb.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

2023 possiblement encore plus chaude que 2022

Ces températures printanières très inquiétantes pour le premier jour de janvier ne sont malheureusement que les prémices d’une année qui s’annonce exceptionnellement chaude. Le service national britannique de météorologie, le Met Office, a publié mi-décembre ses prévisions pour l’année prochaine et estime que si l’année 2022 a déjà enregistré des températures supérieures à la moyenne, « l’année 2023 devrait être encore plus chaude ».

Selon ces prévisions, ce sera la dixième année consécutive en Grande-Bretagne où la température mondiale sera supérieure d’au moins 1 °C à la moyenne. Le Met Office a expliqué qu’un effet de refroidissement connu sous le nom de La Niña prendrait probablement fin après avoir été en place pendant trois ans, ce qui fait partie d’un cycle météorologique naturel.

Mais même si La Niña ne prend pas fin, 2023 pourrait s’inscrire dans les années les plus chaudes observées depuis les premiers relevés établis à partir de 1850. « Avec l’augmentation de fond des émissions mondiales de gaz à effet de serre qui se poursuit à un rythme soutenu, il est probable que l’année prochaine sera une autre année notable dans la série » , explique le Met.

Depuis le début du XXe siècle, les pics de chaleur liés au changement climatique sont de plus en plus fréquents et les pics de froid se font très rares. En dix ans, il n’y a eu que deux vagues de froid, en 2012 et 2018, contre 16 canicules. Les effets de ses anomalies climatiques sont chaque année un peu plus visibles : la moitié des pistes de ski française sont actuellement fermées à cause de la pluie et des températures trop douces.

En guise de conclusion de son bilan de l’année 2022, Météo France pose d’ailleurs ce constat inquiétant : « Très chaude dans le climat actuel, l’année 2022 deviendra ’normale’ au milieu du XXIe siècle ».

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi