Les mémoires du prince Harry édulcorés pour épargner Charles et William

Britain's King Charles III (2nd R), Britain's Camilla, Queen Consort (R), Britain's Prince William, Prince of Wales (L), and Britain's Prince Harry, Duke of Sussex (3rd R) attend the transfering of the coffin of Queen Elizabeth II from the State Gun Carriage  into the State Hearse at Wellington Arch in London on September 19, 2022, after the State Funeral Service of Britain's Queen Elizabeth II. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
ISABEL INFANTES / AFP Britain's King Charles III (2nd R), Britain's Camilla, Queen Consort (R), Britain's Prince William, Prince of Wales (L), and Britain's Prince Harry, Duke of Sussex (3rd R) attend the transfering of the coffin of Queen Elizabeth II from the State Gun Carriage into the State Hearse at Wellington Arch in London on September 19, 2022, after the State Funeral Service of Britain's Queen Elizabeth II. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)

ROYAUME-UNI - Les révélations du prince Harry ont déjà fait sensation Outre-Manche. Il assure pourtant que de nombreux passages de ses mémoires sont finalement bien moins choquants que dans la réalité. Dans un entretien au Telegraph publié vendredi 13 janvier, le duc de Sussex se justifie en expliquant que son père Charles III et son frère WIlliam ne lui auraient jamais pardonné des révélations aussi gênantes.

« Le premier projet (de livre) était différent. Il faisait 800 pages, et maintenant il n’en fait plus que 400. Ça aurait pu être deux livres, dit comme ça. Et le plus dur a été d’enlever des choses », a-t-il détaillé à nos confères britanniques. « Il y a des choses qui se sont passées, surtout entre moi et mon frère, et dans une certaine mesure entre moi et mon père, que je ne veux tout simplement pas que le monde sache. Parce que je ne pense pas qu’ils me pardonneraient un jour », a-t-il ajouté.

Écoulé à 1,4 million d’exemplaires dès le jour de sa sortie au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada, le livre intitulé « Le Suppléant » connaît un démarrage fulgurant en librairie dans le monde anglophone. Le prince Harry n’y épargne personne, et surtout pas son frère aîné William, qu’il n’hésite pas à qualifier de « meilleur ennemi ». Présenté comme colérique, William n’aurait jamais aimé l’épouse de Harry Meghan Markle qu’il jugeait « mal élevée et agressive ». Lors d’une dispute en 2019, il s’en serait même physiquement pris à son cadet, qu’il aurait jeté à terre.

« Il s’agit d’essayer de les sauver d’eux-mêmes »

Dans l’interview, réalisée en Californie, où il vit, avant la sortie du livre, Harry explique d’ailleurs se sentir responsable vis-à-vis des enfants de William : George, 9 ans, Charlotte, 7 ans, et Louis, 4 ans. « Je sais que sur ces trois enfants, au moins un finira comme moi, le suppléant », déclare-t-il « Et ça me fait mal, ça m’inquiète », ajoute-t-il, précisant que William lui a « fait comprendre très clairement que ses enfants » ne sont pas sa « responsabilité ».

Le Prince assure pour autant ne vouloir causer aucun mal à la famille royale. Il affirme même l’inverse : « Il ne s’agit pas d’essayer de faire s’effondrer la monarchie, il s’agit d’essayer de les sauver d’eux-mêmes. » L’homme de 38 ans est toutefois conscient qu’il va être « être crucifié par de nombreuses personnes pour dire tout cela ». Et de s’adresser directement à la famille royale, en lui demandant de présenter des excuses à son épouse Meghan, persécutée selon lui depuis le début de leur relation. « Avouez, et nous pourrons tous passer à autre chose. »

Malgré tout le discrédit jeté sur la royauté depuis la sortie des mémoires du prince, le palais de Buckingham n’a pas eu la moindre réaction officielle. À l’approche de la cérémonie de couronnement de Charles III, programmée le 6 mai prochain et à laquelle on ne sait toujours pas si Harry sera convié, le livre fait pourtant mauvais genre.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi