Publicité

L'Ukraine dit avoir découvert un détournement de 40 millions de dollars dans l'achat d'armement

Les services de sécurité ukrainiens ont révélé une nouvelle affaire de malversation, impliquant notamment des responsables du ministère de la Défense.

Des responsables militaires et des chefs d'entreprise ukrainiens ont détourné 40 millions de dollars dans le cadre d'un achat d'armement au début de la guerre déclenchée par Moscou, a révélé le SBU, principale agence de renseignement et de sécurité du pays.

La malversation s'est produite en août 2022, six mois après l'invasion russe du pays, dans le cadre de l'achat à l'étranger de 100.000 obus de mortier qui n'ont jamais été livrés, selon un communiqué du SBU diffusé dans la nuit de samedi à dimanche.

Les fonds (1,5 milliard de hrvynias) avaient en réalité été détournés par des responsables du ministère de la Défense et de la société Lviv Arsenal, mandatée pour l'achat, avec la complicité d'une société étrangère, selon cette source.

Un suspect en détention

"Un haut responsable du ministère de la Défense et son prédécesseur, le dirigeant et le responsable commercial d'une société ukrainienne ainsi que le représentant d'une société étrangère se sont vu notifier un 'avis de suspicion'", a précisé le parquet général.

L'un des suspects se trouve en détention après avoir été arrêté "lors d'une tentative de quitter l'Ukraine", a indiqué le SBU.

L'enquête a été menée en coopération avec le ministère de la Défense, ont souligné le SBU et le parquet.

Plusieurs affaires de corruption ont émergé en Ukraine depuis le déclenchement de la guerre en février 2022, notamment au sein de ce ministère. En août 2023, le président Volodymyr Zelensky avait limogé tous les responsables régionaux en charge du recrutement militaire, en raison d'exemptions accordées contre rémunération.

La lutte contre la corruption est l'une des conditions majeures posées par les Vingt-Sept à l'Ukraine dans le cadre de sa demande d'adhésion l'Union européenne.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Crash de l'avion russe : l'ONU ne peut vérifier les faits