Loteries : 200 millions d'euros n'ont pas été réclamés à la FDJ entre 2020 et 2022

Si dans certains cas le gain est remis en jeu, un article de loi permet également à l'État de toucher le jackpot.

Millionnaire à la photo-finish. Début septembre, l'heureux vainqueur du tirage de l'EuroMillions du mardi 12 juillet, qui avait remporté la bagatelle de 4,5 millions d'euros, s'était fait connaître quelques heures seulement avant le 9 septembre, date butoir à laquelle le gain aurait été remis en jeu dans une super loterie par la Française des Jeux.

Des défections rares

L'histoire n'est pas toujours aussi belle. Dans le Parisien, la loterie nationale estime à plus de 200 millions d'euros les gains qui n'ont pas été réclamés depuis 2020 par plusieurs lauréats. Dans le détail, il s'agit de 70 millions d'euros pour l'année 2020 et 150 millions pour 2021.

Dernièrement, c'est un joueur de Loire-Atlantique qui avait perdu son gain de 6 millions d'euros remporté après un tirage daté du 12 février. De manière générale, la FDJ avait recensé seulement deux gros lots de 1 million d'euros chacun non réclamés en 2021.

"On peut imaginer par hypothèse que la plupart des gains non réclamés sont des (joueurs) assez occasionnels et qui finalement ne vérifient pas leurs gains ou ont par exemple omis certaines règles", expliquait à BFMTV Nicolas Robineau, cofondateur du site tirage-gagnant.com.

Dans ce cas précis, la FDJ émet un avis de recherche, sans désigner le bureau de tabac exact où le ticket a été joué, mais une zone resserrée, et compte sur le relais de la presse locale afin d'alerter le gagnant étourdi.

L'État touche le gros lot

En cas de non-réclamation d'un gain, la Française des Jeux dispose de plusieurs règles. En ce qui concerne les vainqueurs du rang 1, joueurs de Loto, MyMillion et d’EuroMillions qui ont eu tous les bons numéros du premier coup rappelle Le Parisien, alors la somme est remise en jeu sous forme de cagnotte spéciale. Selon le quotidien francilien, 10 millions d'euros ont ainsi été remis en jeu entre 2020 et 2022.

Pour les vainqueurs de moindre importance, des rangs 2 à 9, le grand bénéficiaire est alors l'État, qui récupère les sommes qui n'auraient pas été réclamées. Ces millions supplémentaires dans les caisses du pays sont permis par un article de la loi Pacte, entrée en vigueur en 2019.

Auparavant, cet argent était placé dans un fond dédié aux opérations commerciales de la FDJ ou parfois remis en jeu.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Loto et Euromillions : comment la Française des Jeux fait-elle pour localiser le gagnant aussi rapidement ?