Publicité

Logement : les arnaques à la rénovation énergétique prolifèrent, voici comment éviter les pièges

ARNAQUE - Encouragés par le dispositif MaPrimeRenov’, de nombreux propriétaires se lancent dans la rénovation énergétique de leur logement. Problème : les arnaques se multiplient. On vous explique comment les éviter.

Logement : les arnaques à la rénovation énergétique prolifèrent, voici comment éviter les pièges

Devis gonflés, mauvais conseils, démarchages abusifs… Si vous souhaitez effectuer la rénovation énergétique de votre logement, ne faites pas confiance à n’importe qui : les escrocs rôdent partout en France. Lancé en 2020, le dispositif MaPrimeRenov’ encourage les propriétaires à lancer d’importants travaux mais cet argent public aiguise aussi l’appétit de certaines entreprises peu scrupuleuses. En 2022, 10 000 plaintes ont été enregistrées contre des entreprises.

Les personnes âgées ciblées

Ces escroqueries à répétition peuvent-elles décourager les propriétaires à réaliser les travaux nécessaires ? "La hausse des fraudes est un fléau qui peut limiter l’action des aides publiques mais aussi dissuader les particuliers d’y faire appel, et donc de faire des travaux de rénovation énergétique", met en garde Romain Villain, directeur général de l’entreprise Heero, spécialisée dans les solutions de financement à la rénovation, chez Capital.

À LIRE AUSSI >> Arnaques à la pompe à chaleur : attention à ce fléau en plein essor

De nombreux commerciaux bidons savent s’y prendre pour faire signer n’importe quoi. Le scénario se répète inlassablement. Des propriétaires, souvent âgés et vulnérables, sont séduits par les primes accordées par l’État pour la rénovation énergétique. Convaincus par le discours du démarcheur qui leur assure que le montant des travaux sera couvert par les aides, ils signent et se retrouvent avec un prêt sur les bras. Sauf que les aides n’arrivent jamais et les victimes aux maigres revenus se retrouvent à rembourser des prêts de plusieurs centaines d’euros chaque mois.

La loi interdit le démarchage téléphonique

Pour ne pas se retrouver dans cette situation, il convient de prendre certaines précautions. Si vous êtes l'objet d'un démarchage téléphonique par une entreprise de ce domaine, ne donnez pas suite : cette pratique est interdite par la loi depuis le 24 juillet 2020. Soit l’entreprise n’est pas au courant et elle n’est pas sérieuse, soit elle contourne la loi ce qui n’est généralement pas très bon signe. Dans tous les cas, fuyez !

À LIRE AUSSI >> Gare à ces 3 arnaques si vous cherchez un logement à louer

Avant de vous lancer dans le marathon des travaux, prenez la peine de contacter un conseiller sur cette page. Il répondra à toutes vos questions et vous orientera vers des professionnels compétents. Comme toujours, prenez aussi le temps de bien comparer les devis réalisés par les entreprises (au moins trois pour faire son choix). Si vous avez été démarché, ce n’est pas forcément une arnaque mais ne signez rien dès la première rencontre. Pour limiter les risques, optez pour un professionnel qui dispose du label "reconnu garant de l'environnement" (ou RGE). "Attention cependant, être labellisé RGE ne garantit pas que l’entreprise n’ait pas de pratiques commerciales trompeuses", prévient le site du ministère de l’Économie.

Un renforcement des contrôles en 2024

Dernier conseil et non des moindres : ne laissez pas l’entreprise agir à votre place. "Il ne faut jamais donner ses codes d’accès de votre compte MaPrimeRénov’ à une entreprise, ni d’accepter qu'elle réalise les démarches à votre place", alerte Romain Villain. Concrètement, ne vous laissez pas dicter la marche à suivre par un professionnel aussi sérieux soit-il. Que ce soit pour le démarchage ou les aides, prenez les choses en main. Quand une entreprise sonne à votre porte sans y avoir été invitée et insiste lourdement, on peut penser que la rénovation énergétique de votre logement n’est pas sa priorité. Face aux nombreux abus, le gouvernement a assuré que les contrôles allaient "augmenter de 40 % en 2024".

VIDÉO - Rénovation énergétique : à quelles aides travaux aurez-vous droit en 2024 ?