Publicité

"L'impression que les supporteurs subissent le diffuseur": la colère d'un fan après le décalage du match Nantes-Laval

Quatrième de Ligue 2, Laval se déplace samedi à la Beaujoire pour y défier Nantes lors des 16es de finale de la Coupe de France. Initialement prévue à 14h30, la rencontre entre les deux clubs de l'Ouest a finalement été décalée à 17h30 pour satisfaire à la demande du diffuseur TV. Une annonce faite mercredi, soit trois jours seulement avant l'affiche.

>> Toutes les infos sur la Coupe de France

Une décision prise, selon les mots de la FFF, après consultation des deux clubs mais qui pose un énorme souci logistique à certains supporteurs. Après avoir repéré son message sur les réseaux sociaux, RMC Sport a contacté l'un d'eux pour comprendre sa problématique.

"J’étais un peu surpris car je ne croyais pas que c’était possible qu’on puisse décaler l’heure d’un match et surtout trois jours avant. Donc j’étais un peu désemparé", reconnait Kyllian toujours déçu plusieurs heures après l'annonce officielle. "Surtout quand j’ai vu le motif puisqu’apparemment cela a été fait en accord avec la FFF et sur demande de beIN Sports, du diffuseur. Cela m’a un peu choqué qu’un diffuseur puisse demander trois jours avant de décaler le match. Surtout pour mettre un match de hand à la place."

"Il y a de la colère"

Originaire de Laval et supporteur du club de sa ville, Kyllian effectue un stage à Paris depuis le début de l'année 2024. S'il se faisait une joie d'aller encourager les Tango contre les Canaris lors de cette aventure en Coupe de France, ce fan mayennais a finalement enragé en voyant la décision actée par la FFF dans un timing aussi court pour se retourner.

"Il y a de la colère parce que moi, je suis actuellement sur Paris donc je me suis organisé et j’ai acheté des billets aller-retour à des heures précises", a poursuivi ce fan auprès de RMC Sport. "Encore l’aller ça va mais le retour ce sera beaucoup trop tard. Du coup mon billet retour je ne peux plus l’utiliser."

Et de préciser: "Le problème c’est que le match se termine tard et c’est difficile de trouver un train aussi tard. Le souci est que je ne sais pas encore actuellement si je vais me rendre au stade ou pas."

Un coût financier sans possibilité de compensation

Avec un aller-retour en train entre Paris et Nantes, Kyllian a déjà consenti à un investissement pour se rendre à La Beaujoire. Si son trajet pour se rendre sur les bords de l'Erdre reste viable, le retour ne le sera pas à cause du décalage du match. Ce supporteur du Stade Lavallois explique qu'en prenant le dernier train possible samedi soir (au départ 20h05) - donc avec des frais supplémentaires - il serait obligé de partir avant la fin du match pour être sûr de ne pas le rater en raison de la demi-heure de trajet depuis le stade vers la gare. Et encore, cela supposerait que la rencontre entre les Canaris et Laval ne va pas jusqu'au tirs au but.

"J’ai payé Ouigo classique, c’est le plus bas prix mais j’ai payé 16 euros à l’aller et 13 euros pour le retour en train. En plus il y a le prix du billet pour le match à 10 euros. Donc ça fait 39 euros. A voir donc… Là le problème, c’est soit je perds mes 39 euros soit j’engage encore plus de frais", peste encore Kyllian un brin dépité. "Plus de frais c’est-à-dire, soit je prends une nuit d’hôtel ce qui me coûterait au minimum 30 ou 40 euros, soit je prends un FlixBus vers 21h30 de Nantes jusqu’à Paris. Mais j’arriverais à Pont de Levallois à Paris à 2h30 du matin donc il faudrait ensuite peut-être prendre un bus Noctillien. Il y a des vraies contraintes par rapport à ça."

>> Les matchs de Coupe de France sont à voir via l'offre RMC Sport-beIN Sports

Face à cette situation des plus incertaines, l'étudiant a tenté d'obtenir une compensation. A défaut de pouvoir se faire rembourser ou échanger son billet de train, il a tenté de contacté la FFF et beIN Sports. Sans trop d'espoir d'obtenir gain de cause. Du côté de la '3F', ce Lavallois explique que le service billetterie lui a répondu ne pas être "au courant du décalage du match" mais en lui suggérant d'envoyer pour formuler ses doléances par écrit.

"Par contre ils m’ont dit qu’il y avait peu de chances que cela aboutisse parce que ce serait un acte exceptionnel", précise ensuite ce supporteur des Tango. "Sinon auprès de beIN Sports, j’aimerais bien les contacter mais je ne sais pas trop comment faire. J’aimerais bien."

Et Kyllian de détailler ensuite: "Laval propose jusqu’à 18h ce jeudi un remboursement pour toutes les personnes qui ne peuvent pas aller au match. [...] Le club propose un remboursement pour les gens qui auraient un problème logistique par rapport au décalage (uniquement pour ceux en parcage visiteur). Pour le FC Nantes, je ne les ai pas encore contactés, j’ai eu du mal à le faire, mais sur les réseaux sociaux il n’y a rien qui indique qu’il y aura un remboursement. Donc cela va être compliqué d’obtenir un remboursement mais je vais les contacter."

Un "boycott" pour contester la décision?

Pas de chance pour lui, Kyllian a pris des places à côté du parcage afin d'éviter une éventuelle "galère" pour rejoindre la gare si les pouvoirs publics décident de garder les supporteurs lavallois un peu plus longtemps dans le parcage pour éviter tout risque d'incident avec les fans nantais.

Pas de possibilité de remboursement auprès du Stade Lavallois donc pour lui. Et, si sa priorité reste de chercher une solution pour assister au seizième de finale de Coupe de France à La Beaujoire, il se prépare à toutes les éventualités.

"J’ai vu qu’il y avait un boycott, effectivement j’ai vu les commentaires. Il faut savoir s’il y aura vraiment un boycott ou pas. S’il y a un vrai boycott je suis pour", relance l'intéressé qui souligne avoir l'objectif de voir son club de coeur jouer depuis le stade. "Au-delà de ça, j’ai quand même envie de voir le match. Après, je ne suis pas encore décidé à 100% sur ce que je vais faire. Par contre, s’il y a vraiment un boycott, je pense que je le ferai, oui."

"Les supporteurs on s’en fiche"

Pas certain de pouvoir assister au match, ce jeune supporteur du Stade Lavallois a surtout regretté de voir que la FFF donnait raison à la diffusion TV plutôt qu'aux fans qui se déplacent au stade.

C'est surtout à l'instance présidée par Philippe Diallo que Kyllian en veut "parce que ce sont quand même eux qui ont donné leur accord" pour changer l'horaire de la rencontre à seulement trois jours du match.

Outre la Fédération française, l'étudiant en veut à beIN Sports qui a privilégié la match de handball des Bleus à l'Euro et la CAN 2024 sur la Coupe de France. Incompréhensible selon lui compte-tenu des nombreux canaux de diffusion à la disposition du groupe audiovisuel.

A ses yeux c'est un manque de respect envers les supporteurs. "Bah clairement! Puisqu’on se dit que c’est un diffuseur qui décide. En gros cela veut dire que le diffuseur a tous les pleins pouvoirs", a enfin fulminé Kyllian. "Dans notre tête on se dit qu’on donne la priorité au diffuseur alors que nous les supporteurs, les milliers de supporteurs qui devaient se rendre au stade, on s’en fiche et on ne nous prend pas en compte."

Et ce fan désabusé de conclure: "En fait on a l’impression que les supporteurs subissent ça, subissent le diffuseur. C’est un peu toujours pareil, on ne nous demande pas notre avis."

Article original publié sur RMC Sport