Publicité

Lille-Lens: un chant à caractère homophobe entendu lors du derby, le collectif Rouge Direct interpelle les instances

Quelques jours seulement après la présentation des nouvelles campagnes contre les discriminations dans le football français professionnel, un chant à caractère homophobe a été entendu lors du derby disputé vendredi 29 mars entre le Losc et le RC Lens (2-1). "Les Lensois sont des pédés, et de pauvres demeurés", pouvait-on notamment entendre descendre des tribunes de supporters lillois.

Le collectif Rouge Direct, qui lutte contre l'homophobie dans le football, déplore que l'arbitre n'ait pas réagi. "Un chant homophobe habituel, totalement prévisible, qui n'a pas donné lieu à la procédure d'arrêt de match prévue par le règlement et souhaitée par la ministre des Sports, dont nous attendons la réaction", fait savoir le collectif auprès de RMC, craignant déjà "des manifestations d'homophobies" lors du match OM-PSG de dimanche soir (20h45).

Le délégué de la rencontre n’a rien noté dans le rapport de la rencontre et les clubs n’ont pas signalé ces chants.

Labrune et Oudéa-Castéra militent pour l'arrêt des matchs

En septembre dernier, après des chants homophobes lors du match PSG-OM au Parc des Princes, Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports, avait rappelé son souhait de voir les matchs être arrêtés lorsque cette situation se produit.

"On aurait dû arrêter ce match", avait-elle déclaré, estimant nécessaire de revoir le protocole. "Je pense que c'est l'un des éléments qui doivent se produire sur le terrain pour que la situation change. (...) De la même manière que nous avons fait évoluer notre arsenal juridique et de la même manière que nous incitons toutes les instances à prendre toutes leurs responsabilités, y compris les associations des supporteurs pour qu'elles-mêmes nous aident dans cette direction".

Vincent Labrune, président de la Ligue de football professionnel (LFP), avait appuyé cette réflexion quelques semaines plus tard: "Sur l’homophobie, on est prêts à aller le plus loin possible. Ce n’est même pas que ça m'insupporte, ça me rend fou. Les questions liées à l'homophobie me rendent fou. Il faut systématiquement interrompre la rencontre, ça me semble une bonne mesure pour marquer le coup".

Article original publié sur RMC Sport