Publicité

Ligue 2: Rabadan répond au Paris FC et "déplore la situation" autour de l'état catastrophique de la pelouse de Charléty

Le débat sur l'état de la pelouse de Charléty est loin d'avoir trouvé une réponse définitive. Le terrain étant devenu impraticable, les féminines du Paris FC ont posé provisoirement leurs valises au stade Robert Bobin de Boudoufle, pendant que l'équipe masculine pourrait déménager en dehors de la région francilienne. En coulisses, la situation est tendue entre Pierre Ferracci et la mairie de Paris.

Dernièrement, le président du Paris FC avait dénoncé une situation "insupportable" et "ridicule", tout en fustigeant le comportement de la mairie de Paris. Face aux critiques, Pierre Rabadan trouve "injuste" le "questionnement" du dirigeant "sur l’intérêt de la ville de Paris pour le foot", comme il l'explique dans les colonnes du Parisien.

Un échange régulier entre les parties

"Moi aussi je suis furieux de cette situation. Après, ce n’était pas forcément judicieux de prévoir deux matchs ce jour-là (...) Concernant le Paris FC, on a investi près de 5 millions d’euros en trois ans pour le stade Déjerine et le passage en hybride de Charléty, même si on ne s’attendait pas ce résultat. La ville de Paris a mis des moyens, lancé des marchés publics et dégagé un budget conséquent pour les travaux puis renforcé l’entretien. On pensait que le problème serait réglé et ne plus revivre la situation de l’an dernier. Mais c’est pire", avoue-t-il.

"Chaque jour, je dis à mes équipes, démerdez-vous pour que le Paris FC puisse jouer de manière sereine à Charléty"

Pierre Rabadan assure que le club de la capitale "a le droit d'être mécontent" dans une situation où il s'estime "lésé". "La situation de Charléty n’est pas acceptable. Je déplore cette situation et je fais le même constat qu’eux. Nos équipes et celles du Paris FC se voient régulièrement. Au-delà ce qui se dit dans les médias, il y a eu des échanges techniques ces derniers jours. Personnellement, j’ai échangé par message avec Fabrice Herrault (directeur général du PFC). Je n’ai pas eu Pierre Ferracci."

"On va prendre les mesures nécessaires"

Alors que le président du Paris FC a promis d'appeler Anne Hidalgo en personne pour régler le problème, l'adjoint aux sports de la marie de Paris met un coup de pression pour que le dossier avance. "Chaque jour, je dis à mes équipes, démerdez-vous pour que le Paris FC puisse jouer de manière sereine à Charléty. On va prendre les mesures nécessaires pour que ce soit le cas."

Pierre Rabadan s'est notament montré favorable à une reprise de la gestion de la pelouse de la part du Paris FC, principal utilisateur de l'enceinte située dans le XIIIe arrondissement de la capitale.

Article original publié sur RMC Sport