Publicité

Ligue 1: Reims réagit à l'accusation d'agression sexuelle contre Junya Ito

Le Stade de Reims a réagi ce jeudi via un communiqué aux révélations d'un média nippon au sujet d'une accusation d'agression sexuelle contre Junya Ito. Actuellement retenu en sélection pour y disputer la Coupe d'Asie, l'attaquant de 30 ans est accusé par deux femmes qui ont déposé plainte contre lui pour des faits datant de juin 2023 en marge d'une précédente trêve internationale.

Malgré l'accusation contre lui et l'ouverture d'une enquête à Osaka, le buteur reste un cadre de l'équipe nationale et continue de participer au tournoi continental. Néanmoins, son statut de star risque d'en pâtir au Japon. Titulaire au début du tournoi, continental, Junya Ito n'a pas disputé la moindre minute lors du huitièmes de finale disputé dans la foulée des révélations de la presse contre lui.

>> Toutes les infos sur la L1

"Le Stade de Reims ne dispose d’aucune information"

Ne disposant pas de tous les éléments dans cette affaire, Junya Ito ayant nié toute agression, le Stade de Reims n'a pas souhaité se positionner trop fermement dans cette épineuse affaire mais a fait écho de la plainte pour diffamation déposée par son joueur et a confirmé rester "solidaire" avec lui.

"Les qualités humaines et le comportement de l’attaquant japonais n’ont jamais eus à être remis en question par le club, dont Junya Ito reste un membre à part entière", a encore précisé le Stade de Reims dans son texte publié ce jeudi sur son site. "Dans l’attente d’une instruction judiciaire permettant d’étayer les propos du média, le Stade de Reims ne dispose d’aucune information permettant d’appuyer, dans un sens ou dans l’autre, l’enquête menée par les autorités d’Osaka."

Reims rappelle son soutien contre les violences faites aux femme

Dans l'attente d'un jugement contre Junya Ito, le Stade de Reims continuera donc se fier à la version de son joueur qui nie les faits reprochés. Toutefois, le club champenois a aussi profité de cette affaire pour rappeler son engagement dans la lutte contre les violences faites aux femmes mais a relayé la plainte pour diffamation déposée par le joueur japonais qui continuer de nier les faits.

"Cependant, le Stade de Reims ne peut ignorer un sujet aussi important et ne souhaite rester ni inactif, ni silencieux", a ensuite estimé l'actuel sixième de Ligue 1. "Au contraire, le club réitère son engagement dans la lutte contre toutes formes de violences faites aux femmes, mené conjointement avec la Ligue de Football Professionnel depuis plusieurs saisons désormais, et annonce qu’il travaillait déjà sur une nouvelle opération de sensibilisation pour la saison en cours."

Article original publié sur RMC Sport