Le chef des Frères musulmans à nouveau condamné à mort en Egypte

Le guide des Frères musulmans, Mohamed Badie, et 13 autres membres de la confrérie ont été condamnés à mort samedi en Egypte pour incitation au chaos et à la violence. /Photo prise le 14 décembre 2014/REUTERS/Asmaa Waguih

LE CAIRE (Reuters) - Le guide des Frères musulmans, Mohamed Badie, et 13 autres membres de la confrérie ont été condamnés à mort samedi en Egypte pour incitation au chaos et à la violence, a annoncé un juge lors d'une audience retransmise à la télévision.

Les condamnés figurent parmi les milliers de personnes qui ont été arrêtées après le renversement par l'armée en juillet 2013 du président islamiste issu des Frères musulmans, Mohamed Morsi, premier président égyptien démocratiquement élu.

La peine capitale contre Mohamed Badie avait été requise il y a un peu moins d'un mois, une requête transmise pour avis consultatif au grand mufti d'Egypte, comme le veut la loi avant le verdict définitif.

Le tribunal a en outre condamné à une peine de prison à vie Mohamed Soltan, un homme possédant la double nationalité égyptienne et américaine, pour soutien à la confrérie et diffusion de fausses informations. Mohamed Soltan est le fils du prédicateur des Frères musulmans Salah Soltan, qui figure parmi le groupe de condamnés à mort.

Au total, 51 personnes ont été condamnées samedi, soit à la peine capitale, soit à la réclusion à perpétuité. Les accusés ont notamment été condamnés pour direction et financement d'un groupe interdit, tentative de suppression de la Constitution ou encore intention de répandre le chaos, apprend-on de source judiciaire. Ces condamnations peuvent être contestées.

Mohamed Badie a déjà été condamné à mort il y a un an ainsi qu'à plusieurs peines de réclusion à perpétuité depuis le renversement par l'armée du président Morsi. L'armée était alors dirigée par Abdel Fatah al Sissi, devenu depuis président.

Selon les organisations de défense de droits de l'homme, tout signe de dissension est désormais réprimé en Egypte.

L'adjoint de Mohamed Badie, Khairat el Chater, a été condamné à la réclusion à perpétuité. Aucun des accusés n'était présent à l'audience. Un des avocats de la défense, Mohamed Abdel Maougod, a estimé que les juges n'avaient pas fait de différence entre les accusés. "Ils ont tous été mis dans le même panier", a-t-il dit à la presse.

La famille Soltan entend contester la décision du tribunal, a déclaré Sara Mohamed, une proche de la famille. "Ce procès est une farce de première classe. (...) Aucun des accusés n'était présent", a-t-elle déclaré à Reuters au téléphone.

Mohamed Soltan, 27 ans, a été arrêté en août 2013. Il observe une grève de la faim dans sa prison.

"Il mérite sa peine pour l'argent et les instructions des Frères musulmans retrouvés en sa possession et pour avoir répandu le chaos et l'horreur dans la société", a déclaré à la presse le juge Mohamed Nagi Chehata, qui présidait l'audience.

Selon un site internet qui appelle à sa libération, Mohamed Soltan n'est pas membre des Frères musulmans. Il y est décrit comme un militant de la paix ayant étudié aux Etats-Unis et travaillant pour des associations caritatives. Le site publie des photos de lui en prison, très amaigri, allongé sur un brancard.

(Mahmoud Mourad, avec Ahmed Tolba, Jean-Stéphane Brosse et Danielle Rouquié pour le service français)