L'ayatollah Khamenei vacciné avec le vaccin iranien COVIran Barakat

·1 min de lecture
L'AYATOLLAH KHAMENEI VACCINÉ AVEC LE VACCIN IRANIEN COVIRAN BARAKAT

DUBAI (Reuters) - Le guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, a reçu vendredi une première dose du vaccin iranien contre le COVID-19, dans le cadre des efforts déployés par le pays pour accélérer sa campagne de vaccination.

La télévision d'État a montré Khamenei, 82 ans, recevant ce qu'elle a déclaré être le vaccin COVIran Barakat, développé par un conglomérat iranien et dont l’utilisation a été autorisée au début du mois.

Le pays de 83 millions d'habitants affiche le bilan le plus lourd du Moyen-Orient avec 83.588 décès liés au coronavirus. Le gouvernement du président sortant Hassan Rouhani a imputé la lenteur de la campagne de vaccination aux sanctions américaines qui l’empêche d’acheter des vaccins étrangers et aux retards de livraison.

Le pays a lancé les premiers essais sur l'homme du COVIran en décembre et a depuis commencé les essais cliniques d'au moins trois autres vaccins.

Ali Khamenei a interdit en janvier au gouvernement d'importer des vaccins COVID-19 des États-Unis ou de Grande-Bretagne, qu'il jugeait peu fiables et susceptibles d'être utilisés pour propager le virus à d'autres pays.

Les autorités iraniennes affirment que l’utilisation de vaccins importés, du COVIran Barakat, du vaccin russe Spoutnik V fabriqué localement et du vaccin produit conjointement avec Cuba, a permis au pays d’accélérer sa campagne de vaccination.

L'Iran participe également au programme COVAX, géré par l'alliance pour le vaccin (GAVI) et l'Organisation mondiale de la santé, qui vise à garantir un accès équitable aux vaccins, notamment dans les pays pauvres.

(Rédaction de Dubai, version française Laura Marchioro, édité par Sophie Louet)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles