Laurent Wauquiez renonce à briguer la présidence de LR

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Laurent Wauquiez arrivant au siège du parti LR, le 21 juin 2022.
Laurent Wauquiez arrivant au siège du parti LR, le 21 juin 2022.

Laurent Wauquiez arrivant au siège du parti LR, le 21 juin 2022.

POLITIQUE - Tourné vers la présidentielle de 2027, Laurent Wauquiez a annoncé, ce dimanche 17 juillet, renoncer à briguer la présidence de son parti, Les Républicains, qui doit désigner à l’automne le successeur de Christian Jacob.

“Aujourd’hui, après avoir beaucoup réfléchi, j’ai décidé de ne pas être candidat à la présidence des Républicains”, a écrit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans un communiqué diffusé sur son compte Facebook, alors que Christian Jacob avait fait de lui son favori pour lui succéder.

Laurent Wauquiez a explique faire “ce choix [...] parce que je crois qu’il faut consacrer toute son énergie à cette refondation à laquelle aspire notre pays”. “Une telle exigence ne supporte aucune dispersion. Il faut s’y donner totalement; il faut prendre de la distance avec le combat politicien”, ajoute celui qui dirigea le parti de droite de 2017 à 2019.

Pour le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes “l‘alternative que nous devons construire doit dépasser les questions d’appareils”. “J’ai la conviction que c’est le seul chemin qui permettra d’être au rendez-vous du grand choix démocratique de 2027, a-t-il ajouté. Il s’agit, ni plus ni moins, que de construire un changement de même nature que celui de 1958.″ L’élu de 47 ans estime que “le sujet n’est ni Emmanuel Macron, ni Marine le Pen, le sujet c’est l’après”.

LR espère “un champion pour 2027”

LR doit réunir son congrès à l’automne pour désigner le successeur de Christian Jacob, qui a quitté la présidence du parti le 1er juillet après avoir occupé le poste durant trois ans. Il a été remplacé temporairement par la numéro deux, la députée du Doubs Annie Genevard. Cette dernière a estimé, début juillet sur Radio J, que le prochain président des Républicains devra être “un champion pour 2027 susceptible de rassembler” toutes les sensibilités au sein du parti.

Christian Jacob avait fait de Laurent Wauquiez son favori pour lui succéder. Mais le président d’Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2016, qui a fait de cette région le laboratoire de ses ambitions nationales, a semble-t-il un autre agenda politique.

Sa décision devrait ouvrir la voie à la concurrence. Les noms du secrétaire général du parti Aurélien Pradié, député du Lot, de l’ancienne ministre Rachida Dati, maire du 7e arrondissement de Paris, ou du maire de Cannes David Lisnard, président de l’Association des maires de France, ont circulé comme prétendants potentiels à la présidence des Républicains. Ceux de Bruno Retailleau, François-Xavier Bellamy ou Éric Ciotti, trois proches de Laurent Wauquiez, ont également été évoqués.

À voir également sur Le HuffPost: Yaël Braun-Pivet préfère gronder Danielle Simonnet que Marine Le Pen

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles