Publicité

L'Arabie saoudite organise une compétition de ski freestyle par 25 degrés et sans femme, la polémique enfle

L’Arabie saoudite organise actuellement une compétition de ski freestyle à Riyad. Si les sportifs s’y retrouvent avec des frais pris en charge par le royaume, la polémique enfle et notamment autour de la question écologique et de l’absence de femmes.

En pleine saison hivernale et à l’heure où les compétitions de ski font l’objet de critiques en Europe, l’Arabie saoudite semble se poser beaucoup de moins de questions. Depuis lundi et jusqu’à jeudi, le royaume organise la première compétition de ski freestyle de l’histoire de la péninsule arabique. Forcément, compte-tenu des 25 degrés environ affichés sur le thermomètre en cette période de l’année, cette épreuve disputée à Riyad fait tache.

Auprès du journal L’Equipe, un manager préférant rester anonyme se paye les organisateurs saoudiens et regrette l’impact écologique, ou plutôt le "désastre écologique" de cette épreuve de Big Air. Rappelant la vague de critiques et de polémiques contre le ski en Europe, ce témoin a fustigé la nouvelle victoire du "business" sur le sport et l’environnement.

Un gros intérêt économique pour les athlètes

Il faut le reconnaître, avec une prime de 100.000 dollars pour le vainqueur (50.000 pour le deuxième et 20.000 pour le troisième), l’attrait financier de cette compétition organisée dans le Golfe a de quoi séduire. Un tel prize money équivaut ainsi à près du double du chèque remis au vainqueur des X Games cette année. Ajoutez à cela la prise en charge des frais de déplacement et une somme de 2000 dollars versée à chaque participant pour comprendre l’intérêt financier net pour les sportifs.

Légende de sa discipline, Tanner Hall sera présent comme Colby Stevenson et Henrik Harlaut, respectivement deuxième et troisième de l’épreuve de ski Big Air aux JO de Pékin en 2022, ou encore les Français Antoine Adelisse, Alexis Ghisleni, Enzo Valax.

Une compétition réservée aux hommes

Financièrement, difficile d’en vouloir aux athlètes mais, et c’est là que le bât blesse, dans ce monde du ski freestyle habituellement à la pointe en matière d’égalité ou d’ouverture: la compétition organisée à Riyad est uniquement réservée aux hommes.

D'après New Schoolers, l’un des médias référence des sports extrêmes, participer à cette compétition en Arabie saoudite reviendrait même à être "complice ou soutien d’un régime qui prévoit toujours la peine de mort pour l’homosexualité, pour la consommation de drogue, etc." et où vous n’avez pas le droit de fêter votre victoire avec du champagne ou de l’alcool.

Si le résumé du média américain peut sembler un poil simpliste, il montre bien les attaques contre la compétition organisée en Arabie saoudite. Mais au-delà des polémiques sur cette épreuve de ski freestyle, le royaume a aussi lancé début 2024 la construction de sa première station de sports d’hiver, Trojena, dans le cadre du projet Neom. Des travaux qui devraient se terminer autour de 2026. De quoi se préparer à l’organisation des Jeux asiatiques d’hiver en 2029.

Article original publié sur RMC Sport

VIDÉO - Au Liban, on skie loin de la guerre dans le sud