L’Inde célèbre en grande pompe la réintroduction du guépard sur son territoire

PHOTO Indian Press Information Bureau / AFP

En Inde, l’arrivée de huit guépards en provenance de Namibie fait les gros titres. Les sites des journaux locaux ont suivi en direct la venue de ces grands félins, détaillant minute par minute leur parcours jusqu’au sanctuaire faunique de Kuno, à 320 km au sud de New Delhi. “[Plus de sept décennies] après l’extinction du guépard en Inde, ses cousins africains arrivent pour rapporter ses ‘tâches de gloire’”, annonce le Time of India, dans une référence aux rosettes noires caractéristiques de l’animal. La perte d’habitat conjuguée à la chasse dont il faisait l’objet ont conduit à l’extinction du guépard en Inde, vers 1952.

Ce samedi 17 septembre, cinq femelles et trois mâles sont arrivés à bon port, après 11 heures de vol depuis la capitale namibienne Windhoek. Leur nouveau terrain de jeu sera un espace protégé de quelque 750 km carrés. “Le Premier ministre, Narendra Modi, a lâché les huit guépards dans l’enclos du parc national de Kuno, ouvert par un mécanisme qu’il a lui-même actionné à l’aide d’un levier, ce samedi matin”, poursuit le quotidien de Bombay.

La figure du leader nationaliste indien était particulièrement présente en ce jour “historique”. La plupart des titres de presse ne manquent pas de mentionner le fait que l’arrivée des félins survient le jour de son 72e anniversaire. Juste après avoir ouvert les portes de la réserve naturelle, le Premier ministre était en première loge pour photographier lui-même les guépards et s’est, par la suite, fendu d’un discours :

“Aujourd’hui, les guépards ont fait leur retour sur notre terre après des décennies. En ce jour historique, je veux féliciter tous les Indiens et aussi remercier le gouvernement de Namibie.”

Le ministère indien de l’Environnement a expliqué qu’il s’agissait du premier projet intercontinental de réintroduction de l’animal terrestre le plus rapide du monde. Le “projet guépard” a été une longue entreprise : The Hindu suggère que ses prémisses remontent à 2010, quand le ministère a entrepris de faire venir des spécimens d’Afrique. “Cela a cependant posé des problèmes légaux étant donné que les défenseurs de l’environnement ont contredit les avis émis par l’Institut indien de la vie sauvage – un organisme indépendant – sur l’adaptation des réserves naturelles indiennes pour l’accueil de l’animal”, écrit le titre. Certains spécialistes craignent une difficile acclimatation à ce nouvel environnement, et même une cohabitation compliquée avec les léopards. Lors de son discours, Narendra Modi a estimé qu’il faudrait laisser quelques mois aux félins pour trouver leurs marques dans leur nouvel habitat.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :