Comment l’armée profite du phénomène « Top Gun : Maverick »

Comment l’armée profite du phénomène « Top Gun : Maverick » (lepoint.fr)

La suite de « Top Gun » survole les 5 millions d’entrées. Marine nationale et armée de l’air déploient leurs forces marketing pour séduire de jeunes recrues.

Aéroport de Nice Côte d'Azur, le 17 mai dernier. Il est environ 15 heures lorsque, tout juste sorti de son jet privé en provenance de Londres pour la promotion de Top Gun : Maverick, Tom Cruise s'en va discuter le bout de gras, durant une bonne heure sur le tarmac, avec une dizaine de pilotes de la Patrouille de France (ou PAF : Patrouille acrobatique de France) qui l'attendent de pied ferme. Le général commandant la Baac (la Brigade aérienne de l'aviation de chasse, dont fait partie la PAF) ainsi que le colonel Stéphane Spet, chef du Sirpa (Service d'informations et de relations publiques des armées) Air et Espace, ont fait le déplacement. Ils ne sont pas venus les mains vides : une paire de gants aux couleurs de la patrouille sera offerte à Tom Cruise ce jour-là.

Et surtout, venu de la base de Salon-de-Provence située à plus de 200 km (avalés en 20 mn de vol), un Alphajet de la flotte va stationner en arrière-plan de la photo immortalisant la star au milieu des militaires. « C'était une belle rencontre entre pilotes passionnés d'aéronautique militaire, qui ont échangé comme des pilotes échangent entre eux au sein de tous les escadrons du monde – Tom Cruise est non seulement pilote de son Mustang P 51 (le vieil avion de chasse à hélice aperçu dans le hangar de Maverick dans le film, NDLR), mais aussi d'hélicoptère ! » commente le colonel Spet.

À LIRE AUSSI « Top Gun » vu par les pilotes de chasse français

Aux anges, Cruise improvisera même une photo dans le c [...] Lire la suite

VIDÉO - Cinéma : Top Gun cartonne et réalise le meilleur démarrage de l'année 2022

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles