Publicité

Kookaï annonce la fermeture de 20 magasins et promet des reclassements pour les salariés

La chaîne de prêt-à-porter Kookaï, en redressement judiciaire, a annoncé ce mercredi 17 mai la fermeture de 20 de ses magasins d’ici à la fin du mois.
La chaîne de prêt-à-porter Kookaï, en redressement judiciaire, a annoncé ce mercredi 17 mai la fermeture de 20 de ses magasins d’ici à la fin du mois.

ÉCONOMIE - Une nouvelle marque hexagonale en difficulté dans le domaine de la mode. La chaîne de prêt-à-porter Kookaï, en redressement judiciaire, a annoncé ce mercredi 17 mai la fermeture de 20 de ses magasins d’ici à la fin du mois, et promis des « propositions de reclassement » aux 54 salariés concernés.

« Il a été décidé vendredi soir lors d’une réunion CSE la fermeture de 20 magasins, partout en France, à la fin du mois, pour assainir les comptes », a indiqué la direction, qui a décidé les fermetures en fonction « de la rentabilité et des performances des magasins ». Une centaine de magasins resteront ouverts.

Au total, 54 salariés sont concernés « et tous vont recevoir des propositions de reclassement », a indiqué la direction, qui s’est félicitée du « boom du digital » depuis l’annonce du redressement judiciaire, avec une hausse de 200 % du chiffre d’affaires en ligne.

Crise du prêt-à-porter en Europe

Kookaï a justifié en février son placement en redressement judiciaire par les « difficultés économiques que rencontre le secteur du prêt-à-porter en Europe, que la crise du Covid-19 n’a fait qu’accentuer ».

Créée en France en 1983, la marque s’est ensuite développée en Australie dans les années 2000 et a été rachetée en 2017 par l’homme d’affaires australien Rob Cromb au groupe Vivarte (qui comprenait alors Caroll, Minelli, La Halle, Naf Naf, Chevignon…).

En 2022, Kookaï affichait un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros, en hausse de 18 % par rapport à 2021, mais en baisse de 25 % par rapport à 2019.

Le secteur du prêt-à-porter en France est secoué depuis plusieurs mois par une violente crise, qui s’est notamment traduite par la liquidation de Camaïeu en septembre 2022 et les placements en redressement judiciaire de Go Sport (en grande partie repris par Intersport) et de Gap France (repris partiellement par JD Sports) en début d’année 2023.

Le 20 février, c’est le chausseur San Marina qui a été placé en liquidation judiciaire, entraînant 650 salariés dans sa chute.

À voir également sur Le HuffPost :

À Cannes, l’équipe d’Almodóvar prouve que le décolleté n’est pas réservé aux femmes

Pimkie touché à son tour par la tourmente du prêt-à-porter