Publicité

Julien Bayou visé par une plainte de son ex-conjointe pour violences psychologiques

Son ex-compagne et militante féministe, Anaïs Leleux, a confirmé à l'AFP avoir déposé plainte contre le député EELV après l'avoir annoncé mardi dans un entretien au site Les Jours.

L'ancien leader d'EELV, Julien Bayou, est visé par une plainte de son ex-conjointe, Anaïs Leleux, pour harcèlement moral et abus de faiblesse, qui est "actuellement à l'analyse", a indiqué ce mercredi 6 mars le parquet de Paris, joint par l'AFP.

La plainte visant le député d'Europe Écologie les Verts a été enregistrée ce mardi 5 mars par le parquet, qui l'analyse, a indiqué le ministère public, confirmant une information du site Les Jours.

Anaïs Leleux, militante féministe, a également porté plainte contre X "pour non-assistance à personne en danger", a-t-elle indiqué aux Jours. Cette plainte "contre EELV" est également à l'analyse, selon le ministère public. Contactés, Julien Bayou et le parti EELV n'ont pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

"Caution féministe"

Dans un long entretien diffusé ce mardi, Anaïs Leleux a expliqué aux Jours reprocher "des violences psychologiques" à son ex-compagnon, qui lui a "fait croire" qu'elle était "folle".

Après leur rupture fin 2021, Anaïs Leleux relate deux tentatives de suicides, bouleversée par "des témoignages d'autres femmes" qu'elle reçoit sur les "comportements problématiques" de son ex-compagnon.

"Je culpabilise, je me dis que je lui ai servi de caution féministe", dit la trentenaire qui a milité au sein d'Amnesty International, NousToutes et qui a fondé le collectif Pourvoir féministe.

"Abus de faiblesse"

Elle l'accuse aussi d'abus de faiblesse. Alors qu'elle était "suicidaire" et en "stress post-traumatique", elle signe "plein de papiers": "Une convention de séparation, un protocole d'accord, un acte de vente...". "Il s'est acharné sur moi alors que j'étais au bout du rouleau", juge-t-elle.

Elle estime aussi que le protocole de la Cellule d'enquête sur les violences sexistes et sexuelles (CVSS) au sein d'EELV, saisie en juillet 2022, l'a "mise en danger". Elle dénonce des membres "pas solidement formés", une enquête non "externalisée", et un "accès au nom des plaignantes", entre autres.

À la suite de la révélation publique, en septembre 2022, de l'enquête interne le visant, Julien Bayou avait démissionné du secrétariat national du parti. Par la voix de son avocate, il avait dénoncé "une instrumentalisation du combat" contre les violences faites aux femmes "à des fins politiques", à l'approche du Congrès du parti.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Accusations de violences psychologiques : "Je suis blanchi et innocenté", affirme Julien Bayou