Le juge Stephen Breyer va prendre sa retraite de la Cour suprême

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Erin Schaff/AP/SIPA
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Stephen Breyer, juge nommé en 1994 par Bill Clinton, devrait bientôt prendre sa retraite de la Cour suprême.

Un contre-la-montre s’annonce au Sénat américain. Jeudi, Joe Biden devrait annoncer, à la Maison-Blanche, la retraite du juge de la Cour suprême Stephen Breyer, selon NBC News . A 83 ans, celui qui a été nommé en 1994 par Bill Clinton est le plus âgé des juges et un des trois derniers «progressistes» -nommés par un président démocrate- face à six conservateurs, depuis que Donald Trump a fait entrer trois magistrats au sein de l’instance la plus élevée du pays. Les deux autres sont Sonia Sotomayor et Elena Kagan, toutes deux nommées par Barack Obama.

Durant la campagne présidentielle, Joe Biden avait promis de nommer une femme noire -qui serait la première de l’histoire- dès lors qu’un siège se libèrerait à la Cour suprême et les noms de deux favorites circulent, rapporte le «Washington Post » : Ketanji Brown Jackson, actuellement juge à la cour fédérale d’appel du district de Columbia, et Leondra Kruger, qui siège actuellement à la Cour suprême californienne.

Depuis que les démocrates ont atteint une très fragile minorité au Sénat, par lequel tout juge nommé doit être auditionné et validé, certains appelaient Stephen Breyer à prendre sa retraite afin de pouvoir profiter de l’égalité au Sénat et de la voix déterminante de Kamala Harris, vice-présidente et présidente de la Chambre haute. Et éviter ainsi que les républicains ne bloquent tout choix de l’administration Biden, comme ils l’avaient fait pendant les derniers mois du mandat de Barack Obama : ils avaient refusé d’auditionner Merrick Garland, prétextant que le décès du juge conservateur Antonin Scalia était survenu en février 2016, neuf mois avant l’élection présidentielle.

Mais les sénateurs républicains n’avaient eu aucun doute lorsqu’ils ont entendu et validé(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles