Publicité

JO de Paris: 57% des Français favorables au maintien de la cérémonie d'ouverture malgré la menace terroriste

L'alerte "urgence attentat" a été décrétée en France ce dimanche 24 mars. Une mesure prise en réaction à l'attaque de Moscou revendiquée par Daesh deux jours plus tôt, dans le but de "développer une culture de la vigilance et de la sécurité dans l’ensemble de la société", explique le site du gouvernement.

Alors que Gabriel Attal a annoncé ce lundi, lors d'un déplacement à la gare Saint-Lazare de Paris, que deux attentats ont été "déjoués" en France depuis le début de l'année, et 45 au total depuis 2017, la menace terroriste continue d'inquiéter les Français.

C'est le cas pour 80% d'entre eux d'après une nouvelle enquête "L'Opinion en direct" menée par l'institut Elabe pour BFMTV et publiée ce mercredi 27 mars. Un chiffre stable par rapport au dernier sondage réalisé à ce sujet en décembre 2023. Si cette inquiétude traverse l'ensemble de la population, elle est toutefois un petit peu moins présente chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (68%).

Des personnes "très inquiètes" en recul

Le nombre de personnes se disant "très inquiètes" recule cependant. Ils sont 28%, soit sept points de moins qu'en décembre, quand la ville de Paris avait été endeuillée par un attentat sur le pont de Bir-Hakeim, coûtant la vie à un jeune touriste germano-philippin. L'attentat d'Arras en octobre 2023, lors duquel le professeur de français Dominique Bernard avait été tué, était également récent.

44% des Français pensent que la menace terroriste vient autant de l'intérieur du territoire que de l'extérieur. Ils sont 41% à penser qu'une personne déjà insérée dans la société française serait plus sensible de commettre un attentat. Une idée notamment prégnante chez les sympathisants LR et RN.

Seulement 14% des sondés -25% des 18-34 ans- pensent que l'individu viendrait de l'étranger pour commettre une attaque sur le territoire.

Un regain d'optimisme sur la sécurité des JO

Après l'attentat de Moscou, la question de la sécurité des Jeux olympiques et paralympiques de Paris cet été est revenue sur le devant de la scène. Et les Français se montrent plutôt optimistes: 59% des personnes interrogées pensent que la France sera à la hauteur des enjeux de sécurité. Soit 12 points de plus qu'en décembre 2023.

Ce sont majoritairement les électeurs d'Emmanuel Macron qui se montrent confiants (80%) et les sympathisants LR (72%). En revanche, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (52%), de Marine Le Pen (44%) et d'Éric Zemmour (29%) sont plus dubitatifs.

Plus d'un Français sur deux (57%) estime même qu'il faut maintenir la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques en extérieur sur la Seine telle qu'elle est prévue. Et ainsi ne pas céder aux menaces. À l'inverse, 43% estiment que cette cérémonie - la première organisée en dehors d'un stade pour les JO d'été et qui doit accueillir environ 320.000 spectateurs, est trop risquée et qu'il faudrait revoir son organisation.

De la même manière, individuellement, 31% des Français déclarent envisager de changer de comportement et d'habitudes face à la menace terroriste. Comme par exemple, éviter d’assister à de grands événements, moins sortir dans les restaurants, les bars, les salles de spectacle ou encore moins prendre les transports en commun. Un chiffre qui est toutefois en recul de 10 points par rapport à décembre dernier.

L'attaque perpétrée en Russie dans une salle de concert de la banlieue de Moscou et qui a fait au moins 137 morts, a en effet ravivé d'intenses douleurs en France. Bruno Poncet, un survivant de l'attaque du Bataclan a par exemple confié sur BFMTV ce lundi avoir remonté d'un "cran" son "hyper vigilance" constante.

Article original publié sur BFMTV.com