Publicité

JO de Paris 2024: Thierry Henry veut négocier avec le Real pour Mbappé et les autres Français

Sur le départ du PSG lors du mercato estival, Kylian Mbappé n'a pas encore annoncé le nom de son prochain club même si toutes les rumeurs l'envoient au Real Madrid. Une potentielle signature qui risquerait de le priver des Jeux olympiques de Paris (du 26 juillet au 11 août) qu'il rêve de disputer avec la sélection dirigée par Thierry Henry. Le technicien français a confirmé lundi avoir reçu un mail du club merengue pour annoncer son refus de libérer les joueurs tricolores pour les JO de Paris... et potentiellement, donc, la star de 25 ans. Une situation difficile comme l'a rappelé le champion du monde 1998.

"Ça a toujours été le cas. C’est pour ça que quand je suis arrivé, j’ai parlé du coach d’avant et je savais à quel point ça allait être difficile et que son travail l'était aussi auparavant. Je m'en doutais, a noté l'ancien buteur de l'équipe de France en marge du rassemblement des U23 à Clairefontaine. "Je ne pense pas que tous les clubs, à un moment donné vont dire: ' Oui prend tous les joueurs que tu à prendre'. C'est tout à fait normal, surtout les clubs à l'étranger qui ne voient pas la même situation que nous en France."

>> Toutes les infos sur l'équipe de France

"Je ne me suis jamais arrêté au premier non"

Moins de deux semaines après la finale de l'Euro 2024, difficile d'enchaîner avec le tournoi olympique comme l'a déjà rappelé Didier Deschamps. Surtout avec une saison entière à jouer derrière en club sans véritable repos. Mais Thierry Henry veut y croire et espère convaincre le Real Madrid et les autres clubs pour avoir la meilleure équipe possible cet été.

"Pour nous, c’est les JO ici, c’est la France, je pense que les clubs français vont être là pour aider. Mais pour les clubs étrangers c’est normal qu’au départ il y ait un peu cette… ce n’est pas une réticence c’est carrément un 'non'. Voilà, oui j’ai vu l’email (du real), je m'en doutais", a enchaîné le coach des U23 tricolores. "Je ne me suis jamais arrêté au premier 'non' en général. On va essayer de voir ce qu'on peut faire, mais à l’arrivée la décision reste, malheureusement, celle des clubs."

Henry pessimiste?

Au-delà de cet aspect physique et mental, Thierry Henry a rappelé la contrainte règlementaire qui empêche les fédérations nationales de sélectionner les joueurs de leur choix pour les JO.

Ce n’est pas une date Fifa et tant que cela ne sera pas une date Fifa, c’est difficile entre guillemets de bluffer sans cartes en main. Cela devient vraiment difficile mais on va essayer de voir si on peut discuter, sui on peut être reçu, et puis on verra bien où cela va arriver. Mais ce n'est pas évident. Je me répète, et ce n’est pas être défaitiste, c’est juste que la décision appartient aux clubs."

Et d’ajouter sur d’éventuels échanges avec les clubs concernés: "On va essayer de discuter, de parler, de voir ce qu'on peut faire. Il n'y a pas mal de branches à l'arbre. On est obligé de voir et sonder tout le monde parce qu’on ne sait justement pas quand est-ce que ce sera un 'oui' ou un 'non'. Il y a une chose qui est sûre, c’est qu’on n’est pas sûrs de pas mal de choses."

"Pas mal de noms qu'on aimerait bien avoir"

Afin de préparer au mieux l'événement olympique, Thierry Henry et la Fédération française de football ont déjà signifié à une centaine de joueurs qu'ils figuraient parmi les pistes du staff pour les JO de Paris. Au fur et à mesure des refus et des forfaits, cela devrait permettre à la France de constituer une belle équipe pour le tournoi estival.

"C’est difficile de préparer quelque chose quand tu n’as pas vraiment de certitudes. C’est pour ça que tu essayes d’avoir beaucoup de certitudes. Je pense que vous avez entendus et oui, il y a pas mal de noms qu'on aimerait bien avoir", a poursuivi l'ancien buteur de l'équipe de France. "Oui, il y a pas mal de noms, tous les noms mêmes. Mais on ne sait pas quand le 'oui' arrivera ou pas. Et si le 'oui' arrive mais que le joueur change de club ou qu’il y a un changement d’entraîneur, le 'oui' peut se transformer en 'non'. Donc d’un seul coup, toi, qu’est-ce que tu fais de l’autre côté? Tu essayes de prévoir pas mal de situations. Et croyez-moi, ce n’est pas évident mais tout le monde le savait."

Article original publié sur RMC Sport